Une femme qui a une tablette

La Digital Experience Platform, un moyen d’améliorer sa présence digitale

© andreswd

Le 20 janvier 2022 L’ADN, avec l’éditeur logiciel Ibexa et le cabinet d’architecture numérique Versusmind, organisait une conférence autour du thème de la Digital Experience Platform. Compte rendu.

Une Digital Experience Platform - ou DXP -, c’est quoi ? En français une plateforme de gestion de l’expérience digitale, soit une plateforme qui permet de réunir plusieurs services : un système de gestion de contenu (ou CMS), l’automatisation du marketing, une plateforme e-commerce… ou autres blocs de solutions selon les usages. En résumé, une DXP permet de répondre à différents besoins auxquels les logiciels s’attachaient jusqu’ici individuellement. L’idée est donc d’être une solution unique et intégrée, donc plus simple d’utilisation.

Une plateforme personnalisée

« Il y a un besoin réel de transformer les expériences d’achat-vente » , estime Zamir Abdul, directeur des ventes à Ibexa. C’est bien le but de la DXP : « créer une expérience fluide, unifier les informations clients, les contenus, les marques, les produits, les services. »

Une DXP est l’évolution naturelle des plateformes de marketing et gestion de contenu de ces dernières années, présente le directeur de vente. « C’est un site sur lequel vous vous connectez, un back office, à partir duquel vous pouvez gérer votre site corporate, votre blog, la personnalisation, de l’A/B Testing, mais également toute l’activité e-commerce » , même si cette dernière n’est pas automatique, souligne-t-il. « Pour certains clients, la vente en ligne n’est pas nécessaire ou souhaitable. »

Cette plateforme centralisée permet de gérer au mieux les données utilisateurs. « Aujourd’hui ces données sont enregistrées dans des CRM où on peut les récupérer pour personnaliser l’affichage du site : la région, la typologie du client… Avec la DXP, à travers notre portail de personnalisation, nous avons un système de tracking qui permet d’enregistrer les informations relatives aux comportements des personnes : utilisateur A a cliqué sur le lien X, a acheté le produit Y… un moteur de machine learning peut ensuite définir ce qu’on appelle un stéréotype, un groupe d’utilisateurs semblables, pour faire des recommandations. »

Une stratégie multi-canal

Quelle différence entre une DXP et un système de gestion de contenu CMS ? , soulève Jérôme Lalouette, chargé des pratiques digitales chez Versusmind, cabinet d’architecture numérique. « La DXP permet de mettre en place une stratégie multi, cross et omnicanal, répond-il. C’est l’un des éléments fondateurs de la DXP : la possibilité de travailler sur plusieurs canaux et la personnalisation. » Ainsi, alors que le CMS simplifie la création de page, la DXP permet de travailler sur un contenu qui s’adapte en fonction des utilisateurs et de leurs comportements de navigation. La construction de la plateforme se fait étape par étape, explique Jérôme. « Il s’agit de rendre votre site intelligent par rapport à vos règles et au comportement de vos clients. C’est un processus itératif par règles de gestion ou analyse comportementale. »

Pour déterminer la meilleure forme pour chaque client, on s’appuie donc sur l’expérience des utilisateurs, afin qu’elle soit optimale, des administrateurs, pour faciliter la gestion et provoquer l’adhésion des équipes, mais aussi du développeur, pour rendre sa pratique agréable et donc efficace.

Un processus itératif

La DXP est une plateforme tout en un mais n’a pas vocation à devenir omniprésente, prévient Zamir Abdul. « On n’a pas forcément envie de tout faire avec la DXP, rassure le directeur des ventes. Il s’agit de poser les fondations et d’ajouter petit à petit les briques. » Pour construire son environnement de travail, il conseille d’avancer « étape par étape » .

Une construction au plus près des équipes accompagnées, spécialité de Versusmind. Le cabinet s’appuie sur les compétences métier de ses experts pour comprendre les enjeux des clients et coller au plus près de leurs besoins. « On travaille en équipe intégrée avec des compétences complémentaires et des interactions continues sur les projets » , détaille-t-il. Dans son équipe, des ingénieurs AMOA, des développeurs back-end et front-end, des architectes solutions, des experts marketing digital… De son côté, Ibexa est orienté sur le marché expert du B2B. « Nous avons des outils pour modéliser la complexité des relations B2B, comme par exemple la gestion des clients et leurs différentes adresses, l’affichage de produits présentant des centaines de caractéristiques, etc. » , souligne Zamir Abdul. Une complexité centralisée pour plus de simplicité.

Pour découvrir la webinar à la demande cliquez-ici

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.