streaming

Le consommateur s'est prononcé, et le streaming est là pour rester

Mixées à la quasi-omniprésence de la connectivité, les plateformes de streaming sont aujourd'hui intégrées à de nouveaux distributeurs virtuels, permettant aux consommateurs d'épancher leur soif de contenus sur des biais personnifiés voire quasi-intuitifs. Pour preuve, en 2021, 81 % des foyers américains possédaient un téléviseur connecté.

Netflix, Amazon Prime, Disney+, Hulu... L'essor des plateformes de streaming n'est pas le seul changement significatif dans la façon dont les consommateurs engagent avec le contenu vidéo. Si le live est fortement concurrencé par le streaming, bon nombre de contenus récents ont été développés pour être diffusés sur des plateformes multicanales.

Aujourd'hui, l'hégémonie des chaînes TV traditionnelles est ainsi bouleversée par l'arrivée des distributeurs virtuels tels qu'Apple TV, qui voit sa cote de popularité progresser de 7,1 % à 12,5 % au cours des trois dernières années. C’est en tout cas ce que nous révèle ce rapport sur l’industrie du streaming échafaudé par Nielsen. Explications.

Un surplus de contenus contreproductif

Marre de zapper pour trouver LE programme / film / série que vous et votre partenaire voulez regarder ? Assez des « Non, c’est toi qui choisis !  » lors de vos soirées cinéma ? La liste de choix est beaucoup trop longue, et le manque de temps est conséquent. Pas étonnant quand on sait qu’en février 2022, Gracenote, une société de métadonnées affiliée à Nielsen, répertorie plus de 817 000 programmes sur les chaînes de TV traditionnelles et les services de streaming américains. Pour donner un ordre d’idée, en décembre 2019, on en comptait 646 000 !

Une quantité qui encombre les spectateurs et n’est que frustration. Pour cause, selon près de la moitié des sondés du rapport Nielsen, la diversification des programmes aurait rendu au contraire plus difficile, non seulement la découverte de nouveaux contenus mais aussi leur sélection. Ainsi, dans l'océan de choix qui se présente à nous, Nielson rapporte que 46 % des sondés déclarent se sentir dépassés par le surplus de contenus.

Ainsi, bien que la TV séduise encore 72 % des consommateurs, 64 % d'entre eux expriment le souhait de disposer d'outils intuitifs facilitant leur sélection de programmes. De cette frustration fleurit alors l'idée des distributeurs virtuels : des offres regroupant des plateformes multicanales permettant aux consommateurs d'accéder à un éventail de contenus VOD en continu.

Le tout-en-un ou l'avenir du streaming

Dans l'écosystème du streaming, ce sont les SVOD, (acronyme du terme anglais  « subscription video on demand » ou plateformes de streaming par abonnement) qui battent des records : entre juillet et décembre 2021, les spectateurs auraient passé 53 % de leur temps de streaming sur des plateformes telles que Netflix. Le reste de leur temps est partagé entre des plateformes de vidéo à la demande financées par la publicité ou encore les distributeurs virtuels tels qu'HULU ou Amazon Prime.

Source : Nielsen

Preuve de cette popularité, Nielsen rapporte que depuis 2020, le pourcentage de foyers américains équipés de YouTube TV aurait augmenté de 160 % ! Une connectivité qui fait aussi ses marques parmi des consommateurs de plus en plus jeunes. Le rapport révèle en effet qu'en fin 2021, les enfants américains de 2 à 17 ans passent 64 % de leur temps total de visionnage avec des appareils connectés à la télévision ! Comme quoi, l'hyper-connexion n'a pas de secrets pour les jeunes.

Grâce à l'achat d'une Apple TV, d'une plateforme OCS ou d'Amazon Prime, le secteur du streaming ouvre la voie à une expérience utilisateur davantage connectée. Une expérience nourrie par des posters de films personnalisés ou encore des recommandations de contenus en fonction des goûts et des historiques de visionnage. En somme, du merchandising visuel bien léché !

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.