A gauche une tortue, à droite une tortue décapitée

ici Barbès et Surfrider : le combat contre les microplastiques continue

© Surfrider

En ce début d'année, ici Barbès et Surfrider Foundation Europe ont décidé de frapper un grand coup avec une nouvelle campagne dénonçant les conséquences catastrophiques de la présence de microplastiques dans l'océan : « Microplastics kill the ocean » .

Les microplastiques sont omniprésents dans notre vie quotidienne, notamment dans les produits cosmétiques et ménagers. Une fois rejetés dans l'environnement, ils sont pratiquement impossibles à éliminer et restent à jamais présents, polluant l'océan et les milieux aquatiques. Ils se propagent dans tout l'environnement, sont ingérés par la faune marine et finissent leur chemin dans nos assiettes, causant de graves problèmes de santé.

A gauche une tortue, à droite une tortue décapitée

Une campagne choc

Avec cette campagne réalisée par ici Barbès, Surfrider Europe adopte une tonalité nouvelle : celle du choc. Une illustration accompagnée d'une signature claire : Microplastics kill the ocean ! Un discours tenu par l'organisation environnementale dans ses dernières campagnes, Bad Cosmetics et le film The Drop conçus également avec ici Barbès. Cette fois, Surfrider Europe veut montrer les conséquences directes de cette pollution sur l'océan et la vie marine et fait passer un message fort en invitant les citoyens européens à soutenir une interdiction immédiate de ces microplastiques auprès de la Commission Européenne. La campagne diffusée sur les réseaux sociaux avec une mécanique « tap to open » , invite l'internaute à aller sur la story suivante pour ouvrir une bouteille aux allures de tortue. Après 1 clic, la tortue se retrouve décapitée, et le message suivant apparaît : « Microplastics kill the ocean » .

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.