Rampe d'accès en Lego personnilsée au nom d'APF France Handicap

Rampego, les rampes d’accès en Lego pour les personnes à mobilité réduite

© APF

APF Handicap France et plus particulièrement la délégation des Ardennes lance un appel aux dons de Lego pour fabriquer des rampes afin de faciliter les déplacements des personnes à mobilité réduite.

L’idée vient d’Allemagne et plus particulièrement de Rita Ebel. Cette femme se déplace en fauteuil roulant depuis 25 ans et devant les obstacles rencontrés au quotidien, notamment pour accéder aux magasins, elle et son mari ont eu l’idée de créer des rampes en Lego. L’APF France Handicap des Ardennes a décidé de s’inspirer de l’idée de Rita et lance un appel aux dons pour récolter le plus Lego possible.

Rampe d'accès en Lego

L’APF France Handicap des Ardennes a réalisé un prototype, créée par des bénévoles. Les Lego sont assemblés et entrecroisés, pour plus de résistance, et collés entre eux pour éviter les cassures. Pour renforcer l’adhérence un tapis en caoutchouc vient soutenir la plaque de Lego. 1 600 briques et 20 heures de travail ont été nécessaires.

Une initiative citoyenne

Le projet est destiné à bénéficier en premier  lieu aux personnes en fauteuil roulant. L’appel aux dons devrait permettre de fabriquer un maximum de rampes à disposition des commerces et des établissements qui le souhaitent. Ensuite, l’idée est d’étendre le déploiement de ces rampes afin qu’elles puissent également bénéficier aux jeunes parents qui se déplacent avec leurs enfants en poussette. Les rampes peuvent être personnalisées au niveau des couleurs comme du message.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

  1. Favrat dit :

    Bonjour

    Votre initiative est formidable. Nous devons équiper le local de notre association d'une rampe pour fauteuil roulant. Ces rampes sont-elles déjà commercialisé&es ? Comment est-il possible de s'en procurer ? Si nous lançons une collecte de Lego parmi les membres de notre association, comment vous les faire parvenir ?
    Merci de votre réponse
    Anne-Marie Favrat

Laisser un commentaire