Hommes vissant des panneaux solaires

Pôle emploi : près de 20 % des offres concernent l'économie verte

© Los Muertos Crew - Pexels

Selon une étude publiée par le ministère de la Transition écologique, en 2020, les entreprises ont proposé plus de 402 000 offres d'emploi dans les « métiers verts » auprès de Pôle emploi soit une offre sur six.

17,5 %, c'est la part d'offres d'emploi déposées par les employeurs auprès de Pôle emploi… et qui concernent des métiers verts. Le chiffre tiré d'une étude réalisée par le Service de la donnée et des études statistiques (SDES) est colossal. Il témoigne de l’importance grandissante de l’économie verte et durable à l’échelle de notre pays, où de nombreux acteurs font bouger les lignes. Mais tout d'abord, qu'entend-on par « économie verte »  ?

Les emplois de l'économie verte ne sont pas uniquement liés à la nature. Ces métiers contribuent à limiter les consommations d'énergie, de matières premières et d'eau, à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à diminuer ou à éviter totalement toutes formes de déchets et de pollution, et à protéger et restaurer les écosystèmes et la biodiversité.

Au sein de l’économie verte, on distingue deux types de métiers :

  • Les métiers verts, dont la finalité et les compétences mises en œuvre contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser et corriger les impacts négatifs et les dommages sur l'environnement.
  • Les métiers verdissants, dont la finalité n'est pas environnementale, mais qui intègrent de nouvelles « briques de compétences » pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier.

Les secteurs du bâtiment et des transports sont les plus en recherche

Au niveau de la répartition, on note que 48 % des propositions d’emploi sont déposées par des entreprises du bâtiment majoritairement à la recherche d'ouvriers dans la construction, la rénovation et la maçonnerie. Suivent ensuite, avec 21 % des offres, les métiers du transport.

Des CDD majoritaires dans les métiers verts

Les offres d’emploi déposées par les employeurs en 2020 auprès de Pôle emploi sur les métiers de l’économie verte sont, pour près de la moitié, des contrats à durée indéterminée (46 %).

Toutefois, on note que la proportion de CDI est significativement moins élevée pour les seuls métiers verts (32 %). Dans ces métiers, les contrats à durée déterminée sont majoritaires (53 % contre 27 % pour l’ensemble des métiers de l’économie verte) et un cinquième de ces CDD correspond à des contrats d’insertion. Par ailleurs, les métiers concernant l’entretien des espaces naturels et des déchets sont principalement concernés par ce type de contrat.

Les contrats intérimaires quant à eux représentent plus d’un quart des offres d’emploi portant sur les métiers verdissants (27 % contre 16 % pour l’ensemble des métiers et 12 % pour les métiers verts).

Autre constat, le niveau de qualification recherché dépend fortement de la catégorie de métiers. Les ouvriers spécialisés (11 %) ou qualifiés (31 %) caractérisent les métiers verdissants tandis que les employés non qualifiés (26 %) et les manœuvres (17 %) sont les profils les plus demandés pour les métiers verts.

Les métiers recherchés par les demandeurs d’emploi

En 2020, en moyenne en fin de mois, 40 700 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi recherchaient un métier « vert » et 800 800 recherchaient un métier « verdissant ». Au total, 14,1 % des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi recherchaient un métier de l’économie verte.

Près des deux tiers de ces demandeurs d’emploi se positionnent sur les métiers verdissants du bâtiment (37 %). Ils sont 12 % à rechercher un métier lié à l’entretien et la protection des espaces verts et naturels ; au sein de cette catégorie, on note que 88 % des demandes concernent les métiers verdissants de l’aménagement et de l’entretien des espaces verts.

Des demandeurs d’emploi moins qualifiés

Les demandeurs d’emploi recherchant un emploi dans le champ de l’économie verte sont en majorité des hommes (84 % ), contre 48 % parmi l’ensemble des demandeurs d’emploi. Ils sont en moyenne un peu plus âgés : 33 % ont 50 ans ou plus, contre 27 % pour l’ensemble des métiers de l’économie verte mais aussi pour l’ensemble des demandeurs d’emploi.

42 % disposent d’un niveau de formation égal au BEP/CAP (contre 32 % pour l’ensemble des demandeurs d’emploi). Les métiers verts se distinguent par une plus forte proportion de demandeurs d’emploi n’ayant pas ou peu de diplôme (CEP, brevet des collèges, niveau 3e : 29 % contre 14 % parmi l’ensemble des demandeurs d’emploi).

Accéder à l'étude complète

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.