Mégot de cigarette écrasée sur le sol.

TchaoMegot recycle des mégots pour en faire des vêtements

Une startup française donne une seconde vie aux mégots de cigarettes en les transformant en isolant thermique ou vestimentaire.

Du mégot à l’isolant recyclé

Porter son mégot en manteau cet hiver c’est aujourd’hui possible avec TchaoMegot. Cette startup française s’impose comme un acteur majeur dans la collecte et recyclage de mégots en ville. À travers les principes de l’économie circulaire, TchaoMegot dépollue et réutilise la fibre d’acétate de cellulose présente dans les cigarettes.

Le processus de recyclage mis en place par TchaoMegot passe par trois cycles majeurs : la collecte, la dépollution puis le recyclage. Le mégot est ramassé dans des cendriers sensibilisateurs en inox puis transféré dans des sacs de recyclage étanches, hermétiques et inodores, récupérés par la startup. Une fois de retour à l’entrepôt, le filtre et la fibre sont retirés du mégot pour être désintoxiqués. La collecte des mégots peut être réalisée soit par TchaoMegot soit par la création de bornes locales. D'ailleurs, la ville de Saint-Denis a déjà investi dans 29 bornes-cendriers recyclables !

Le travail de TchaoMegot ne se limite pas à la gestion des mégots mais sensibilise aussi à la pollution créée par ces derniers. Les bornes-cendriers de la startup sont dotées de QR codes à partir desquels les citoyens peuvent retrouver des informations sur TchaoMegot ainsi que des idées pour faire changer les comportements. Ces initiatives s’inscrivent dans la volonté de la startup de réduire la quantité de déchets dans les rues.

Une extraction verte innovante

La solution de TchaoMegot n’est pas seulement respectueuse de l’environnement mais aussi innovante. Ce système de recyclage de mégots breveté cinq fois n’utilise, en effet, ni eau ni produits toxiques. Suivant un procédé ne nécessitant qu’un solvant neutre utilisé puis recyclé dans un circuit court fermé, la fibre du mégot est ôtée de sa toxicité. Alors que 15 % du mégot est tourné en matière compostable, 97 % de l’ouate présente dans le filtre est tournée en matière filtrante recyclée écologiquement et les 3 % restants, en extraits de substances toxiques qui seront revalorisées en laboratoire.

C’est avec l’aide de 4500 mégots recyclés que TchaoMegot peut rembourrer une de ses doudounes ! Ce type de rembourrage remplace le rembourrage traditionnel de plume et propose une alternative végane à ce marché.

Le pollueur-payeur  

En France, plus de 25 000 tonnes de mégots de cigarettes sont jetées chaque année. Fléau pour le fumeur et son entourage, il représente un réel danger pour l’environnement, notamment parce qu'il met 10 ans à se dégrader. En mer, le mégot pollue 500L d’eau et peut tuer un poisson en 96 heures.

Par ailleurs, toujours en métropole, le déploiement de la filière « pollueur-payeur » élargit la responsabilité de la fin de vie du mégot de cigarette à son producteur. À travers cette mesure prévue par la loi anti-gaspillage relative à l’économie circulaire du 10 février 2020, les producteurs de cigarettes s’engagent à soutenir les collectivités locales avec la gestion des déchets issus des mégots de cigarettes.

Mais la prise de responsabilité ne s’arrête pas là. En effet, l’agenda de la filière prévoit notamment la distribution de cendriers de poche, et le financement des campagnes de sensibilisation à la pollution de la cigarette et de projets de recherche et développement dans les solutions de recyclage.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.