Groupe de personnes assises en train de méditer.

Une startup développe des serre-têtes intelligents pour entrainer le cerveau à méditer

© Erik Brolin

Après les montres connectées, c’est au tour des serre-têtes connectés de faire fureur chez les sportifs. FocusCalm, incubée au laboratoire d’innovation d’Harvard, met ainsi la neuroscience au service du bien-être.

Un serre-tête pas comme les autres

L’électroencéphalographie est une méthode d’exploration cérébrale captant les signaux électriques produits par les neurones et qui permet d’identifier l'état cérébral et psychologique d’un patient. Se basant sur les principes neuroscientifiques derrière l’électroencéphalographie, FocusCalm, une société interface incubée au sein du laboratoire d’innovation de l'université d’Harvard, invente un serre-tête qui maintient l'équilibre mental.

À l’aide des battements du cœur, le bandeau intelligent de FocusCalm enregistre les signaux électriques des neurones et détecte le niveau de stress de son détenteur. Après avoir analysé les points de données des ondes cérébrales, l’algorithme de l’intelligence artificielle du bandeau quantifie ce niveau de stress sur un échelon de 0 à 100. Plus le score est bas, plus l’individu est stressé. A contrario, plus il se rapproche de 100, plus il est détendu. 

C’est à partir de toutes ces données que le serre-tête va créer un programme de méditation adapté au niveau de stress de son détenteur. Connecté à l'application FocusCalm disponible en abonnement, le gadget distille des méthodes d'entraînements cognitifs pour parfaire la méditation de son utilisateur. Des exercices cérébraux aux jeux méditatifs, entre immobilité, silence et agilité, FocusCalm formule un programme qui a pour but de changer la façon dont notre cerveau réagit au stress.

Se sentir mieux au quotidien

L’effet de l'anxiété sur nos cerveaux peut être dévastateur. Avant même de pouvoir enclencher un décentrage cognitif à travers la méditation, nous devons comprendre d'où provient l'anxiété.

Concrètement, à l'échelle de notre cerveau, la connexion nécessaire à la performance cérébrale est permise par le relai des signaux électriques entre nos neurones. Lorsque ce relai est surchargé, voire « bouché » à cause du stress, le cerveau perd petit à petit ses capacités d’action. C’est à ce moment que nous nous sentons anxieux et stressés. La méditation et les exercices de relaxation aident donc à contrer les effets de l’anxiété en régulant ces vagues de signaux électriques.

Après avoir cerné le processus mental qu’est la méditation, FocusCalm a découvert que la neuroplasticité pouvait exercer le cerveau à être plus concentré et calme. C’est à travers cette philosophie que l’intelligence artificielle du serre-tête est inventée au sein de la célèbre université américaine. Le laboratoire d’innovation d’Harvard a pour mission de réunir des élèves de différentes universités en encourageant la recherche et développement. C’est en partenariat avec BrainCo, une société made in Harvard développant des technologies pour les entraînements cognitifs, que FocusCalm met au point ses serre-têtes connectés.

Programmés pour les experts méditants 

Cette technologie qui gagne en popularité auprès des sportifs, permettrait de booster la performance des athlètes. En effet, la pratique régulière de la méditation étant bénéfique pour réduire l'anxiété, les sportifs sont les premiers à la pratiquer. Le serre-tête de FocusCalm, à travers son action méditative intensive, leur permet d’aborder leurs entraînements dans un état d’esprit plus détendu. Cet état de relaxation leur permet ensuite d’avoir plus de contrôle et de maintenir une bonne puissance de performance. 

Comme tous sportifs qui se respectent, les experts méditants ne sont pas indifférents à une bonne routine et à l'endurance. Ces derniers le savent, réguler leur respiration lors de la relaxation est nécessaire pour se concentrer. Ce serre-tête permet ainsi aux plus aguerris de pratiquer leur respiration sur une méditation consciente et de renforcer leurs techniques d'efficacité mentale.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire