ballon gonflable en forme de 2

The Second Life intègre les commerçants à l’économie de la seconde main

© mattjeacock - getty

Alors que le marché de la seconde main dans la mode est en plein essor, mené par des plateformes en ligne à la croissance explosive, The Second Life choisit de disrupter le secteur en plaçant les commerçants physiques au cœur de l'écosystème.

Une startup green de la fashion-tech

The Second Life est une startup green de la fashion-tech qui aide les marques et les commerçants à développer leur propre service de seconde main. Elle est créée en 2021 par Arthur de Soultrait, fondateur et ex-CEO de la marque VICOMTE A. (650 points de vente dans 32 pays) et fondateur de Thunderstone, startup de services phygitaux pour les retailers (solution de bornes tactiles installées en magasin pour offrir une extension de gamme sans contrainte de stock).

Le marché de la seconde main est en pleine explosion, et les marques se font une priorité d’y participer. The Second Life leur propose une application permettant de développer leur propre activité de seconde main au cœur de leurs boutiques. Ce service, en passe de devenir un incontournable pour les grandes enseignes de mode, leur permet de créer du trafic en boutique, dynamiser les ventes, et remplir leurs objectifs de développement durable.

Dynamiser le trafic en magasin grâce à la seconde main

The Second Life est une application mobile tout-en-un qui permet aux retailers de développer une activité de collecte d'articles de seconde main au cœur de leur magasin. Cette application permet aux boutiques de devenir acteurs de la collecte et de la revente de vêtements d'occasion, avec pour bénéfice un trafic client dynamisé, et des ventes boostées.

L’objectif est simple : donner une seconde vie aux 30 % de vêtements de nos garde-robes qui dorment au fond de nos placards. Concrètement, les clients déposent les vêtements dont ils ne veulent plus en boutique. Le vendeur, grâce à son application The Second Life, scanne l'article et fixe le prix de reprise grâce à un argus intégré. Le client reçoit alors immédiatement un bon d'achat valable dans le magasin. Quant aux articles récupérés, trois options : ils sont soit confiés à The Second Life qui les revend via ses plateformes partenaires (offline ou online), soit revendus dans un corner dédié dans la boutique ou sur l’e-commerce du retailer via une page dédiée « seconde main » créée par The Second Life.

Ce dispositif est triplement gagnant pour le commerçant :

  • Il augmente son trafic en magasin et fidélise sa clientèle
  • Il profite de la valeur du marché de la seconde main, puisque le bon d'achat généré est à dépenser dans sa boutique
  • Il s'inscrit dans une démarche de développement durable

Une solution clé en main pour développer la seconde main en magasin

Pour le client qui revend ses vêtements, ce circuit permet d'éviter les contraintes logistiques et chronophages des plateformes digitales (prise de photo, certification, mise en ligne, gestion du colis...), et il reçoit immédiatement, lors du dépôt, la valeur de son bien, sans attente ni besoin de gérer des négociations de prix avec des particuliers.

Nous avons voulu créer une solution clé en main pour développer un service de seconde main en magasin à la fois intuitif et accessible. Cela permet aussi aux commerçants de faire leurs premiers pas dans l’économie circulaire, qui prend de plus en plus d’ampleur, génère de la valeur et impose de s’adapter. Une centaine de commerçants nous ont déjà rejoints ; des enseignes de mode grand public mais aussi des centres commerciaux qui sentent que ce service tend à devenir un incontournable. En effet, on estime que la seconde main représentera 27 % de nos garde-robes d’ici à 2023 (Boston Consulting Group).

Arthur de Soultrait, fondateur de Thunderstone et concepteur de The Second Life
premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.