Neurotransmetteurs - Ondes

Les neurosciences décryptent les inégalités femmes-hommes dans l’accès aux leadership

© Halacious - unsplash

A partir des données collectées lors de ses accompagnements, la start-up Open Mind Neurotechnologies analyse et décrypte les problématiques auxquelles font face les leaders femmes par rapport à leurs collègues masculins. Elle propose un programme de leadership féminin, construit sur le savoir neuroscientifique, pour aider les femmes à mieux se dépasser.

Écarts de performance et représentation culturelle

La littérature neuroscientifique, à travers la notion « biais de seconde génération » permet de comprendre les barrières auxquelles sont confrontées les femmes dans l’accès aux hautes fonctions. Elle met en lumière la dynamique insidieuse des représentations culturelles et des micro-comportements qui, par accumulation, résultent à favoriser les hommes plutôt que les femmes.

Ces « biais de seconde génération » s’illustrent dans les données, qu’OpenMind collecte au travers de ses accompagnements de cadres. Dans une étude d’impact réalisée sur les derniers mois (N=190 dont 115 hommes et 75 femmes), elle démontre des différences marquées entre les compétences perçues par les femmes, et leur matérialisation, mesurée par des données physiologiques et comportementales au sein des mises en situation.

Sous-estimation systématique

Un premier écart concerne la performance, qui se révèle indissociable entre hommes et femmes, dès lors que l’on analyse les données objectives de mise en situation. Les questionnaires soumis, montrent que les femmes perçoivent leur efficacité personnelle à un niveau moyen -11% inférieur à leurs collègues masculins (p = 0.01), témoignant d’une sous-estimation systématique de leurs capacités. Il en va de même pour les compétences émotionnelles. Les femmes reportent une perception d’elles-mêmes (pleine conscience) ainsi qu’une réactivité émotionnelle lors de stimulis négatifs qui sont significativement supérieures de +10% (respectivement p = 0.01 et p = 0.04). Pourtant, aucune différence objective significative n’est observée au sein des mises en situation, en particulier en situation de stress.

L’empathie des femmes, encore perçue comme une faiblesse en entreprise

Un projet de recherche d’OpenMind Neurotechnologies, publié en collaboration avec l’Institut de Recherche Biomédicale des Armées 1 a conclu, au travers de l’analyse objective des regards, que les femmes présentaient une empathie plus mature que les hommes. Pour autant, les femmes ne tirent pas encore parti de ces forces. Les données montrent en effet un plus faible sentiment d’autonomie des femmes dans leur travail (- 11%, p < 0.05). Ce chiffre démontre que la recherche de soutien émotionnel par les femmes est encore perçue comme une faiblesse par leurs managers.

C’est la prise de conscience de ses potentiels profonds, mais aussi l’assertivité de son modèle de leadership aligné, authentique que nous travaillons avec les femmes - et hommes- qui suivent nos programmes. C’est notre mission chez OpenMind Neurotechnologies : accélérer le développement du bien-être et de la performance grâce aux neurosciences et à la technologie.

Nicolas Bassan, Open Mind Neurotechnologies, co-animateur des programmes courts de leadership au féminin
premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.