Visage en papier allant du beige au brun

Les entreprises s’ouvrent timidement à la diversité étendue

© wildpixel- getty

Dans le cadre de ses études sur les évolutions du monde du travail, Cooptalis, acteur européen du recrutement international et de la mobilité professionnelle des Talents, a mené une enquête auprès de plus de 500 DRHs, CEO et C-Level1 sur la diversité dite « étendue », c’est-à-dire, liée à la géographie, à l’âge et aux situations de handicap.

Il en ressort des résultats contrastés avec une petite majorité d’entreprises qui intègrent encore très peu de profils issus de minorités et, d’autres qui, au contraire, font le choix clair de l’inclusion.

Les stratégies de diversité et d’inclusion dans le monde du travail évoluent lentement

Ainsi :

  • 44% des entreprises interrogées comptent plus de 10% de profils issus de la diversité parmi leurs collaborateurs ;
  • 48% des RH cherchent à renforcer les valeurs de leur entreprise en recrutant des profils divers et/ou minoritaires ;
  • 75% des recruteurs estiment faire de leur mieux pour adapter et ouvrir leurs recrutements aux publics issus de la diversité étendue ;
  • 56 % des entreprises déclarent avoir déjà intégré des candidats seniors.

Souvent mises en place à la suite des renforcements règlementaires et des contraintes des politiques publiques à l’œuvre, les stratégies de diversité et d’inclusion dans le monde du travail évoluent avec les changements de fond de la société. La féminisation du marché du travail est déjà bien avancée même si de grandes inégalités persistent en termes de salaire, de types de poste et de secteurs d’activité. Mais qu’en est-il des seniors, des personnes en situation de handicap ou des travailleurs internationaux ? 

Quelles sont les nouvelles barrières à l’embauche des profils minoritaires alors que nous connaissons une pénurie de talents sans précédent dans certains secteurs ? Et quels sont les principaux bénéfices de la diversité du point de vue des entreprises ?

Afin d’en débattre, Cooptalis a organisé une table ronde durant laquelle experts et recruteurs se sont exprimés.

Yvan Talpaert, délégué régional de l’AGEFIPH, l’association chargée d’ouvrir l’emploi aux personnes en situation de handicap, observe des changements de comportement dans la société en faveur de l’inclusion : « Sur les 100 000 entreprises de plus de 20 personnes, assujetties au quota légal de 6% de personnes en situation de handicap en France, 50 000 établissements vont au-delà des 6% et dépassent le seuil légal. Il y 10 ans elles n’étaient qu’un tiers. Dans les 50 000 entreprises restantes, 8% ne font rien en faveur de l’inclusion : pas d’embauche, pas de maintien de collaborateurs, pas de sous-traitance avec le secteur adapté et protégé. Il y a 10 ans elles étaient 30%. »

Maud Fry, Business Developer chez Cooptalis impliquée dans le projet Mercure en faveur de l’insertion par l’emploi des personnes réfugiées, a rappelé que « si des freins à l’embauche existent (la langue, les équivalences de formation et compétences, l’acculturation digitale) et doivent être levés, les personnes réfugiées font preuve d’un enthousiasme, d’un engagement hors norme dans les missions qui leur sont confiées ».

Un constat que Christophe Debray, Directeur recrutement chez Cooptalis, a illustré à travers un retour d’expérience concret, à la suite de l’intégration d’un candidat réfugié dans son équipe. « La force de caractère dont il a fait preuve pour arriver jusqu’ici se répercute dans sa vie professionnelle. Il amène un positivisme à toute épreuve, une énergie puissante au sein de l’équipe. Aujourd’hui je me demande pourquoi je n’ai pas fait ce choix plus tôt. »

De son côté Youssef Jradeh, Directeur du Développement logiciel digital, actuellement en poste chez Cooptalis, expatrié en France en provenance du Liban a également apporté son témoignage : « J’ai pu rapidement constituer une équipe de 19 profils techniques confirmés en ouvrant mon recrutement à l’international. Aujourd’hui différents pays et différentes langues collaborent de manière fructueuse. »

Ces témoignages démontrent que si les évolutions se font lentement, l’inclusion offre des atouts convaincants pour de plus en plus d’entreprises.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.