Rhinoceros fait d'arbre et de verdure

WWF France lance « Lab Capital Naturel » , pour mesurer l’empreinte biodiversité des entreprises

© Piranka - Getty

Le « Lab Capital Naturel » est co-porté par la Chaire Comptabilité écologique d’AgroParisTech et par l’expertise de 5 grandes entreprises françaises (Carrefour, GRDF et le Groupe Bel, le Groupe Rocher et LVMH), ainsi que 9 membres observateurs. À travers cette initiative, le WWF France a souhaité réunir des acteurs économiques et politiques au sein d’un nouvel espace pour les engager et les accompagner face aux dégradations alarmantes des écosystèmes.

Une nouvelle dynamique économique pour la biodiversité

Si le monde économique détient une responsabilité majeure dans les dégradations écologiques, il peut également jouer un rôle clé dans les solutions à apporter pour réorienter l’économie vers la conservation de la nature. Pour cela, les entreprises doivent engager au plus vite des mesures radicales en s’appuyant sur des instruments et méthodes qui replacent le capital naturel au cœur des modèles économiques.

L'ambition de WWF France est donc de passer d’une vision « relative » de la performance environnementale, celle du « faire mieux » , à une vision « absolue » qui implique de « faire ce qui s’impose » pour la préservation de la nature, en respectant les seuils écologiques et les limites planétaires.

Comprendre l’utilisation du capital naturel par les entreprises

Cette stratégie consiste notamment à favoriser l’émergence et l’adoption de nouveaux outils de gestion – financiers et extra-financiers – orientés vers une conservation rigoureuse du capital naturel. Ces outils ont un potentiel énorme pour comprendre l’utilisation du capital naturel par les entreprises et permettre son intégration dans leurs modèles d’affaires.

Face à ces défis, le WWF France s’est associé à la Chaire Comptabilité écologique, portée par la fondation AgroParisTech, pour mettre en place le Lab Capital Naturel, en fédérant les acteurs engagés pour la « soutenabilité forte » autour de l'expérimentation des méthodologies et outils les plus prometteurs. 

Le Lab Capital naturel vise ainsi à engager et appuyer les entreprises dans la mise en œuvre de ces outils et approches mais il vise aussi à alimenter les recherches et travaux en cours dans la communauté scientifique sur ces thématiques, et à valoriser et communiquer efficacement les résultats obtenus. Dans le cadre de la séquence internationale pour la biodiversité, les travaux du Lab ambitionnent notamment de contribuer à l’adoption d’un accord ambitieux sur la biodiversité lors de la 15e COP de la Convention sur la Diversité Biologique, en démontrant la capacité des entreprises à intégrer des objectifs rigoureux de préservation de la nature.

Une nouvelle méthodologie pour mesurer et préserver la biodiversité

L’objectif est également de créer et de mettre en œuvre des nouvelles méthodologies pour mesurer et limiter les impacts sur la nature à des niveaux qui soient écologiquement pertinents :

  • Des méthodologies qui permettent de définir des objectifs environnementaux alignés avec les connaissances scientifiques ;
  • Un instrument de comptabilité qui permet d’intégrer ces objectifs dans les stratégies des entreprises et de transformer leurs modèles d’affaires.

Concrètement, le Lab Capital Naturel vise à renforcer la compréhension, l’appropriation, l'opérationnalisation et le déploiement de différents outils de soutenabilité forte.

Les approches méthodologiques du Lab Capital Naturel

Parmi les approches de « soutenabilité forte » existantes, les membres du Lab travaillent en particulier sur les méthodologies suivantes :

  • Comprehensive Accounting in Respect of Ecology (CARE). CARE, développé par la Chaire Comptabilité écologique, est un outil de comptabilité multi-capitaux permettant d’intégrer le capital naturel et le capital humain dans la comptabilité financière des entreprises afin de repenser leurs objectifs stratégiques, leur gestion, et leurs modèles d'affaires.
  • Science Based Targets for Nature (SBTN). L’initiative SBTN, initiée par la Global Commons Alliance et structurée par une méthodologie en 5 étapes, permet à une organisation d’évaluer et prioriser les impacts de sa chaîne de valeur sur la nature, de définir des objectifs de conservation alignés sur les connaissances scientifiques, et de mettre en place des plans d’action pour éviter, réduire ces impacts, et restaurer son capital naturel.
  • One Planet Approaches (OPA). L’approche méthodologique OPA a été développée par le WWF Pays-Bas en partenariat avec Metabolic. Elle vise à accompagner les entreprises dans la définition, au niveau des territoires dans lesquels elles opèrent, d’objectifs de soutenabilité environnementale alignés sur les capacités des écosystèmes, dans le but de piloter leurs activités et rendre compte de leur performance.

L’expérimentation de ces approches de soutenabilité forte dans le cadre du Lab a pour but de favoriser leur développement et leur opérationnalisation, de manière à ce qu’elles arrivent rapidement à maturité et puissent être mises en œuvre dans les entreprises et généralisées.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.