Algues

L’AFA, une microalgue en substitution aux sources de protéines animales

© Solen Feyissa - Unsplash

Kyanos est une startup spécialisée dans la production de microalgues. Créatrice de technologies novatrices, elle produit également du Pastel d'eau en culture maîtrisée, une « algue bleue » particulièrement riche en protéines.

Kyanos Biotechnologies, spécialisée dans la production de microalgues via un procédé disruptif, la « cyclotrophie » , franchit une nouvelle étape dans son développement en emménageant dans des locaux situés à Beauzelle, dans l’agglomération toulousaine. Ce nouveau site est l’occasion pour la startup de changer de dimension avec l’inauguration de son premier pilote de production industrielle 4.0 qui se concentre notamment sur l’algue AFA – Aphanizomenon flos aquae.

L’AFA comme aliment du futur

Émissions massives de gaz à effet de serre dues à l'élevage, appauvrissement des sols de culture, perte et destruction de terres arables, pollution irrémédiable des nappes phréatiques et impacts multiples sur les écosystèmes liés à l'usage d'engrais, désherbants et autres insecticides... Depuis une décennie, partout dans le monde, les professionnels de l'alimentation, conscients du caractère limitant des sources de protéines qu'ils utilisent et des effets délétères de leurs modes de production, recherchent la protéine du futur. Avec sa technologie propriétaire et ce nouveau site, Kyanos Biotechnologies entend participer à relever le défi alimentaire qui attend les 10 milliards d'individus que comptera la planète en 2050.

Kyanos Biotechnologies est la 1ère société au monde à cultiver en milieu contrôlé et à commercialiser l’Aphanizomenon flos aquae AFA une microalgue bleue, dont l’unique source provient du lac Klamath aux États-Unis (Oregon). En raison de sa richesse en nutriments et en protéines (60 %), l’AFA, aussi appelée « Pastel d’eau », est souvent considérée comme un aliment du futur des plus prometteurs.

L’AFA est une microalgue remarquable qui contient plus de 60 % de protéines complètes alors que la viande n'en contient typiquement pas plus de 20 %.

Vinh Ly

Des équipements et une infrastructure de pointe

Sur 600 m², les nouveaux locaux de Kyanos Biotechnologies abritent les bureaux des 11 collaborateurs, des laboratoires et bientôt des bassins qui iront jusqu’à 240 m3 de volume, dédiés à la R&D et à l’algoculture.

Kyanos Biotechnologies appuiera son développement sur la création, avec les équipes de Capgemini Engineering, d’un jumeau numérique de sa future unité industrielle. Un modèle numérique du procédé industriel sera créé et les données issues des nombreux capteurs installés sur les pilotes viendront nourrir ce modèle. Nous pourrons utiliser cette modélisation pour mettre en place une production industrielle de microalgues plus performante, plus sûre et ayant un impact environnemental réduit.

Pierre-Alain Hoffmann, CSO de Kyanos Biotechnologies

Kyanos mise sur les microalgues

Dans l’objectif de produire de nouvelles sources de protéines respectueuses de la planète, la jeune entreprise a conçu, développé et breveté un procédé vertueux de production de microalgues, la « cyclotrophie », capable d’augmenter la productivité de manière significative, tout en utilisant moins de surface et en réduisant les émissions de GES. Ce procédé requiert des ressources carbonées renouvelables et présente une faible consommation hydrique grâce au recyclage important de l’eau utilisée.

Pour élaborer le volet technique de cette usine du futur, Kyanos Biotechnologies travaille avec Capgemini Engineering, leader mondial des services d’ingénierie et de R&D, marque du groupe Capgemini.

Capgemini Engineering, leader en ingénierie et R&D, intervient auprès de Kyanos Biotechnologies depuis sa création. Aujourd’hui, nos équipes toulousaines continuent à soutenir Kyanos dans cette étape essentielle de son développement qui vise à accélérer l’industrialisation de sa production. Concrètement, notre intervention portera sur des expertises en industrialisation, l’analyse de cycle de vie, l’acquisition de données, l’automatisation, le jumeau numérique et l’assistance à maîtrise d’ouvrage.

Nicolas D’Orazio, Directeur de Division, région Sud-Ouest, Capgemini Engineering

La société GPC, qui conçoit et fabrique une large gamme d’équipements dans le domaine des biotechnologies, a, elle, équipé le site de quatre photobioréacteurs toriques de dernière génération.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.