Personne éffectuant un réglement par carte bancaire

Alma, solution de paiement fractionné et différé, lève 49 millions d’euros

© Energepic.com - Pexels

Alma, fintech française qui propose des solutions de paiement fractionné et différé à destination des commerçants et des consommateurs, vient de boucler un tour de table de 49 millions d’euros pour accélérer sa croissance.

Cette levée de fonds va permettre d’accélérer le développement à grande échelle de l’offre de services d’Alma auprès des commerçants. A cela s’ajoute l’encours de dette actuel, contracté auprès d’un mix d’investisseurs institutionnels (à hauteur de 70%) et de HNWI (à hauteur de 30%), et qui s’élève à environ 21 millions d’euros.

Elargir son offre de services

En 2020, l’accélération notable du commerce en ligne a mis en évidence le besoin d’offrir des solutions de paiement alternatives à la fois pour les commerçants et les consommateurs. Pour répondre à ces attentes, l’entreprise vient de lancer Pay Later, une solution de paiement différé qui permet aux clients d’acheter des biens immédiatement et de les payer ultérieurement : deux semaines à un mois après l’acte d’achat. Avec Pay Later, Alma propose aux commerçants un outil simple à mettre en œuvre pour attirer et fidéliser les consommateurs et ainsi faire face au contexte économique difficile en ce début d’année.

Pay Later a déjà convaincu de nombreux commerçants : des marques de mode comme La Fée Maraboutée, des enseignes de prêt-à-porter locales à l’image de Jane de Boy, ou encore la marque de lunettes Le Petit Lunetier proposent à leurs clients le paiement différé, aussi bien en ligne qu’en magasin.

Renforcer sa présence sur le marché européen en 2021

Avec cette nouvelle levée de fonds, Alma a les moyens de renforcer son développement sur un marché français conséquent qui compte plus de 600 000 commerçants de toutes tailles. Pour ces derniers, le sujet de la digitalisation a pris une ampleur inédite, à l’heure où le contexte économique incertain met en difficulté nombre d’entre eux.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire