Troupeau de vaches marrons dans un champ.

Recycler les excréments des vaches pour lutter contre le changement climatique

© PeopleImages

Près de 80 % des émissions d'ammoniac proviennent de l'élevage intensif. Mais grâce au système CowToilet, les éleveurs de bovins ont trouvé une solution, en s'inspirant d'un concept humain, pour pallier ce problème : les WC.

Sauver la couche d’ozone

Le principe de CowToilet est de rendre la collecte et le recyclage de l’urine bovine plus simple pour les fermiers. Développé par Hanskamp, CowToilet est un robot-urinoir placé au niveau du postérieur des vaches. Le point essentiel de ce système innovant réside dans un réflexe Pavlovien qui va mener la vache à s’orienter vers les latrines par elle-même. Celui-ci est en effet dû à la synchronisation des « toilettes des vaches » avec la distribution de leur ration journalière de granulés. Alors que les vaches s’affairent aux bols de granulés qui leur font face, un bras mécanique va stimuler le nerf responsable de leur réflexe d’uriner. Besogne faite, l’urine et le fumier sont séparés dans deux réservoirs différents avant qu’ils ne touchent le sol.

Alors qu’une vache peut produire jusqu’à 30 litres d’urine par jour, les élevages bovins au grand air sont une des grandes sources d’émission d’ammoniac dû à la réaction chimique libérée par leurs effluents. En effet, au contact des excréments, le liquide produit de l’ammoniac, un composé chimique qui forme, à son tour, du protoxyde d’azote, un gaz à effet de serre. Partout sur le globe, l’agriculture produit à peu près la moitié des émissions de gaz à effet de serre de la Terre. En plus de produire de l’oxyde nitreux, un autre gaz à effet de serre, l’urine est redoutée pour son nitrate qui a la capacité de s’infiltrer dans les sols et polluer les mers et rivières.

Un avenir durable et rentable

Ce système de collecte présente un certain nombre d’avantages. Premièrement, il améliore les conditions d’élevage des vaches, ce qui comprend la qualité d’air de leur enclos et donc de leurs poumons. Ce système implique, par ailleurs, une réduction significative des coûts d’évacuation du fumier. Enfin, une fois recyclée, l’urine pure est un excellent engrais pour la fertilisation de précision.

CowToilet est née de Hanskamp, une boîte néerlandaise qui a pour but d’habituer les vaches à aller aux toilettes afin de collecter et traiter leurs urines. Afin de les entraîner, des chercheurs néo-zélandais et allemands se sont aidés du réflexe de Pavlov qui permet une démarche non innée du sujet grâce à un stimulus extérieur, ici, l’initiative des vaches à aller aux toilettes.

C’est ainsi que 16 veaux ont été entraînés à uriner dans des enclos à latrines dans une ferme d’essais en Nouvelle Zélande. Réalisée par l’institut de neurosciences de Dummerstorf en Allemagne, l’institut de diagnostic et de santé animale allemande ainsi que l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande, cette expérience a permis de déterminer que les vaches ont des compétences cognitives qui leur permettraient certaines capacités d’apprentissage. Preuve que le développement économique d’un pays n’accompagne pas forcément le développement durable, le méthane représente 43,5 % des émissions de la Nouvelle-Zélande.

De leur côté, avec l’élevage au centre de leur économie agricole, les Pays-Bas sont les deuxièmes exportateurs agricoles et agroalimentaires du monde, juste après les États-Unis. L’année dernière, CowToilet s'est vu octroyer la médaille d’or de l’innovation par le salon européen de l’élevage EuroTier. Avec l’idée que l’élevage laitier et le développement durable vont de pair, Hanskamp réussit son pari de limiter l’impact de son secteur sur l’environnement.

banniere2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.