Les congés illimités en entreprise, une réalité qui peut très bien fonctionner

Les congés illimités en entreprise, une réalité qui peut très bien fonctionner

Avec Fasterize
© Film Le Stagiaire - Nancy Meyers

L'entreprise libérée, comme son nom l'indique, permet de se libérer de certaines contraintes des organisations traditionnelles. Il faut évidemment des garde-fous, et si une organisation décide d'adhérer aux principes d’une telle structure, il ne faut pas en faire des dogmes, mais veiller à ce que l'application ait du sens et soit maintenable. Explications.

Isaac Getz, l’un des théoriciens de l’entreprise libérée et auteur d’ouvrages sur le sujet, estimait en 2021 que la France en comptait 300 à 400. Ces entreprises suscitent la curiosité et leurs techniques managériales interpellent. L’appellation d’entreprise « libérée » désigne « diverses entreprises qui, depuis des dizaines d’années, sont parvenues à instaurer une forme organisationnelle radicalement différente, dans laquelle les salariés sont entièrement libres d’agir pour le bien de l’entreprise » , expliquait-il.

Vers plus de liberté et d'autonomie

De plus en plus de collaborateurs affichent leur souhait de bénéficier d'une plus grande autonomie pour assurer un équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. En parallèle, et depuis quelques années, les entreprises connaissent un changement de paradigme : des organisations matricielles sont venues remplacer les organisations pyramidales, ce qui favorise une forme de lissage des couches hiérarchiques et une plus grande autonomie, donc.

Ces modes d’organisation qui favorisent l'autonomie se traduisent également par une plus grande liberté dans la gestion du temps de travail. Elles s’éloignent du modèle où les salariés doivent pointer, effectuer un travail à la chaîne puis rentrer chez eux à des horaires précis. Désormais, ils sont plus autonomes sur le choix de leurs horaires et leur espace de travail, tant que les missions sont effectuées en temps et en heure. Évidemment, ce mode de travail doit être réfléchi et cadré en amont pour ne pas devenir contre-productif ou générer de l'entropie.

Entre confiance et responsabilité

Pour que l'équilibre s'instaure naturellement au sein d'une équipe, il faut tenir compte du fait que chaque salarié a des besoins différents en termes d'organisation personnelle et professionnelle, et ces besoins peuvent évoluer dans le temps. L'autonomie doit donc s'accompagner de confiance, ce qui est primordial pour une gestion fluide des congés illimités.
Certaines entreprises qui ont abandonné le principe des congés illimités invoquent la source de pression que cela peut représenter pour les salariés. Pourtant, si la gestion autonome du temps de travail relève de la responsabilité individuelle, l'objectif est bel et bien d'en faire une source de liberté, et non de culpabilité.

Une gestion administrative singulière

Administrativement, une entreprise a l'obligation de mentionner les congés sur la fiche de paie, mais dans le cas de congés illimités, elle n'en tient pas compte. C'est le cas de Fasterize, éditeur de solution SaaS qui automatise les techniques d'optimisation de la vitesse de chargement des pages web, et qui a mis en place des congés illimités.

En principe, le Code du travail prévoit 5 semaines de congés payés par année travaillée, ainsi que des RTT pour les entreprises aux 35h par semaine, les congés parentaux, décès, année sabbatique…, et également les congés selon convention collective ou accords de branche.

Chez Fasterize, il n’existe pas de distinction entre tous ces types de congés. Aussi, les cadres au forfait jour ont droit à 25 jours de congés payés et 12 RTT par an, et les cadres au forfait heures sont aux 35h avec 25 jours de congés payés par an.

Par ailleurs, l’entreprise permet à ses employés de prendre des congés par anticipation.

Dans cette entreprise libérée, la parole l'est aussi. Son bon fonctionnement repose entre autres sur l'esprit collectif, les retours et les échanges en interne. « Si un membre de l’équipe était trop souvent absent et que les résultats de son travail n’étaient pas concluants, on prendrait le temps d’en discuter pour ajuster » , témoigne Stéphane Rios, CEO de Fasterize. « Mais ça n'est jamais arrivé. L'objectif est de faire en sorte que chacun prenne du temps pour soi selon ses besoins et les occasions. C'est aussi un indicateur potentiel sur la qualité de vie et le bien-être au travail » .

En pratique, les salariés de Fasterize prennent en moyenne 7,5 semaines de congés payés par an, soit un volume plus avantageux que le minimum légal, tout en restant dans des proportions raisonnables.

Pour en savoir plus sur Fasterize, cliquez-ici

banniere2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.