Smartphone avec un coeur au couleur de l'Ukraine

Les telcos, ces « héros cachés de la guerre » en Ukraine

© Getty

Chaque jour, dans les ruines des villes ukrainiennes, des techniciens risquent leur vie pour maintenir les réseaux de télécommunications. Surnommés les « héros cachés de la guerre » par le gouvernement ukrainien, ils s'efforcent d'assurer la continuité d'internet dans leur pays bombardé.

Le 28 février 2022, le Service d’État pour les communications spéciales et la protection de l’information ukrainien postait sur son compte Instagram un message sans équivoque : « La communication est l’un des éléments-clés d’un combat efficace. » Une façon de rappeler à quel point les réseaux de télécommunications font partie des infrastructures essentielles dans ce conflit armé.

Les télécoms, des infrastructures capitales

Alors qu'Elon Musk a envoyé du matériel Starlink et que l'Union européenne a validé l'envoi d'équipements télécoms en Ukraine, chaque jour des ingénieurs et techniciens télécommunications s'évertuent à permettre la continuité des réseaux, dans cette guerre où la bataille de l’opinion se joue en direct via les réseaux sociaux.

Pour permettre aux Ukrainiens de garder le contact avec leurs familles et d'être informés, c'est tout le secteur des télécoms qui se mobilise. Ainsi, les trois opérateurs Kyivstar, Vodafone Ukraine et Lifecell, concurrents en temps de paix, partagent désormais leurs réseaux ainsi que leurs personnels (régulièrement accompagnés d'escortes des Forces armées ukrainiennes ou des Forces de défense territoriales), et s'entraident pour réparer les stations bombardées et maintenir le réseau en état de fonctionnement. Les trois entreprises de télécommunications ont mis en place un « roaming » national, pour assurer la continuité des services de communication de leurs abonnés. Ce dispositif d’ « itinérance » permet à chaque abonné de basculer sur le réseau d’un autre opérateur si son fournisseur principal tombe en panne.

Autre initiative, l'entreprise Datagroup indiquait le 07 mars 2022 avoir connecté au wi-fi 128 abris civils répartis dans 18 régions. « Nos techniciens travaillent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, pour que les Ukrainiens gardent le contact entre eux, même sous le feu ennemi » , indiquait Datagroup.

Enfin, pour pallier aux coupures d'électricité, les techniciens télécoms équipent les stations de base de sources d'alimentation autonomes pouvant fonctionner pendant 4 ou 5 heures (en fonction du trafic). Selon Kyivstar, seuls 2 % de ses stations de base ne fonctionnaient plus à la date du 9 mars, mais le groupe précisait ne pas pouvoir les atteindre en raison du danger potentiel pour la sécurité de ses techniciens. Les opérateurs ont également créé des unités mobiles d'intervention d'urgence sur les lignes en panne et envoient des véhicules à générateur diesel pour maintenir les équipements en état de marche.

Cette guerre est probablement le premier cas de l'Histoire où l'importance des communications, de leur maintien en ligne, est si élevée. Cela explique probablement pourquoi l'Ukraine continue de résister avec succès à cette agression.

Victor Zhora, chef adjoint du Service d'État pour les communications spéciales et la protection de l'information (SSSCIP).

Les cyberattaques : l'autre front de la guerre

Contre les hackers et les cyberattaques, les entreprises de télécommunications ukrainiennes jouent également un rôle de renseignement essentiel pour repérer les hackers. Ainsi, le 15 mars 2022, les services de sécurité ukrainiens ont déclaré avoir arrêté un « hacker » pour avoir fourni « aux occupants des communications mobiles en Ukraine » . Via Telegram les autorités ont indiqué que le pirate avait facilité jusqu’à 1 000 appels en une journée, dont beaucoup provenaient des dirigeants russes à Moscou.

Les cyberattaques inquiètent au-delà de l'Ukraine. L'attaque qui a touché un satellite de communication de l'Américain ViaSat fournissant des connexions Internet en Ukraine a bousculé le Mobile World Congress de Barcelone, le rendez-vous mondial des télécoms. En effet, selon un article des Échos, des responsables présents à Barcelone affirment (en privé) que cette attaque aurait permis aux Russes d'infecter le satellite avec un virus qui se serait ensuite propagé sur les box des abonnés. Le satellite ViaSat diffusant sur toute l'Europe et la Méditerranée, l'attaque aurait fait des dommages collatéraux jusqu'en France.


Le saviez-vous ?

Orange s'est engagé à distribuer un million de cartes SIM prépayées aux réfugiés ukrainiens arrivant en Moldavie, en Roumanie et en Slovaquie. L'opérateur a également rendu gratuits les appels vers l'Ukraine émis depuis la France, la Slovaquie, l'Espagne, la Belgique et la Roumanie. Les opérateurs SFR et Free ont fait de même avec les appels et SMS gratuits vers l'Ukraine.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.