Chaine humaine

En 10 ans, le don sur salaire a permis de collecter plus de 7 millions d’euros

© Halfpoint - getty

Le don sur salaire, outil de don participatif en entreprise lancé par microDON, célèbre cette année ses 10 ans. Ce dispositif permet aux salariés de réaliser, chaque mois, de micro-dons depuis leur salaire net, soit avec un arrondi, soit avec un montant fixe. Bilan et perspective du don sur salaire.

Plus de 7 millions d’euros de dons depuis sa création

En 10 ans, le don sur salaire a permis de collecter plus de 7 millions d’euros, intégralement reversés à plus de 200 associations d’intérêt général en France.

Cette solution de don participatif crée une communauté d’engagement et d’action qui touche les entreprises et leurs collaborateurs. Cette générosité est rendue possible chaque jour grâce à l’adhésion notamment de :

  • Plus de 700 sociétés réparties au sein de 143 groupes allant de 250 à plusieurs milliers de salariés, elles ont pour caractéristique de représenter une grande diversité de secteurs d’activités. ADP GSI, FDJ, France Télévisions, Bel, Saint-Gobain, La Banque Postale, Asset Management, Nestlé, Derichebourg, L’Oréal, Thales, Club Med, Air Liquide, Havas, MAIF, Allianz... ont déjà adhéré au concept.
  • Ce qui représente aujourd'hui plus de 522 000 salariés concernés par le dispositif en France.

Avec un don moyen mensuel de 3,50 € par salarié donateur, et un abondement jusqu’à 100 % par l’entreprise, ce sont en moyenne trois projets associatifs qui sont soutenus tout au long de l’année par une entreprise.

Un dispositif solidaire en phase avec son époque

Selon le baromètre des entreprises responsables 2020, les salariés sont 71 % à vouloir que leur employeur leur fournisse plus d’opportunités de s’investir dans des actions pour améliorer l’impact social et environnemental de leur entreprise. Une prise en compte accentuée par la crise sanitaire, où les entreprises comme leurs salariés ont pu mesurer l’importance de leur rôle sociétal. Selon une étude Ipsos, 83 % des salariés considèrent qu’il est important, voire essentiel, que leur entreprise soutienne des causes d’intérêt général, comme certaines l’ont fait pendant la crise sanitaire. Et 85 % estiment qu’il est crucial que leur entreprise leur permette de se sentir utiles aux autres.

La générosité en entreprise : la norme de demain ?

L’engagement solidaire, et plus particulièrement le don en entreprise, devrait continuer à prendre une place importante, en raison de trois tendances clés :

  • Les attentes fortes d’une future génération sur l’engagement et le sens au travail. Selon l’enquête BCG « Talents : ce qu’ils attendent de leur emploi » , 76 % des étudiants considèrent que leur poste doit être en phase avec leurs valeurs. Près des 2/3 estiment que ce qui les rendrait le plus fiers dans leur activité professionnelle serait « d’avoir été utile, d’avoir apporté des changements positifs à la société » .
  • La « normalisation » du don en entreprise où se multiplient les opportunités de s’engager (mécénat de compétences, congés solidaires, collecte de dons en nature…) avec des salariés plus enclins à participer. Il y a 10 ans le taux de don complémentaire moyen sur salaire (donner plus que l’arrondi de mes centimes), était de 25 %. Il n’a cessé d’augmenter depuis les débuts et atteint aujourd’hui 63 %.
  • L’accélération de l’engagement sociétal des entreprises, clairement attendues comme des acteurs clés du changement de société. C’est même une attente massive. 95 % des Français interrogés par l’IFOP dans le cadre d’une étude mandatée par l’Observatoire de la matérialité déclarent attendre que les entreprises s’engagent d’elles-mêmes en faveur des enjeux de société.

Il y a dix ans, personne n’associait les mots « citoyenneté » et « entreprise » . ⅔ de nos entreprises clientes nous ont rejoint ces trois dernières années. Il y a une réelle accélération et volonté d’engagement des entreprises qui prennent conscience du rôle sociétal qu’elles ont à jouer. Elles cherchent par ailleurs de nouveaux leviers pour impliquer leurs salariés et démultiplier leur impact. C’est le sens du développement du don de temps chez nous en complément du don sur salaire, mais aussi de solutions comme le don de congés qui verront le jour l’année prochaine.

Pierre-Emmanuel Grange, fondateur de microDON

Le don du salaire en bref

Chaque mois, les salariés ont la possibilité via une plateforme web dédiée de faire un micro-don à une association de solidarité de leur choix, depuis leur net à payer (un arrondi et/ou un montant fixe). L’employeur, en co-solidarité, a également la possibilité de doubler le montant du don de ses collaborateurs. Via ce dispositif, 100 % des dons sont reversés aux associations bénéficiaires.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.