texte: No sexism

5ème journée nationale contre le sexisme

© Polina Kovaleva - Getty

A trois mois de l’élection présidentielle, le Collectif Ensemble contre le sexisme et ses 40 associations membres organisent leur 5ème Journée Nationale contre le Sexisme et interpellent les candidat·es en proposant 22 engagements pour un quinquennat féministe.

Ce « Plaidoyer pour une élection présidentielle antisexiste » est issu des travaux du Collectif depuis cinq ans et propose des solutions concrètes et opérationnelles pour éradiquer le sexisme dans tous les champs de la société : éducation, sport, travail, culture, santé, communication...

Cette année trois tables rondes sont organisées pour débattre de l’invisibilisation des femmes, des paris truqués de l’orientation et des antidotes à la violence. Elles seront animées par les journalistes de Femmes Ici et Ailleurs, partenaire de cet événement.

Sensibiliser aux conséquences de la perpétuation du sexisme dans notre société

Cette journée a été lancée le 25 janvier 2018 pour inciter les pouvoirs publics à sensibiliser l’ensemble des Français et des Françaises aux conséquences dramatiques de la perpétuation du sexisme dans notre société. Les associations membres du collectif partagent la même conviction : le sexisme est systémique et l’obstacle majeur à l’égalité entre les femmes et les hommes entravant la liberté des femmes à chaque étape de leur vie privée et professionnelle. C’est dans la remise en cause des stéréotypes de sexe et l’élimination des biais de genre qu’une société meilleure peut advenir pour les femmes comme pour les hommes.

Le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes et le 25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, ne suffisent pas. La lutte contre le sexisme mérite une journée nationale dédiée et le collectif milite pour la création de cette journée afin de mobiliser un large public au plan national.

Chaque année, notre journée nationale contre le sexisme réunit toujours plus de participant·es, sans doute parce que la prise de conscience de l’écart entre la « libération de la parole » générée par le mouvement #Metoo en 2017 et les progrès attendus sur les questions du sexisme est de plus en plus flagrant. Quand il ne s’agit pas de recul, notamment dû à la crise sanitaire qui a creusé les inégalités et fragilisé encore plus les femmes en aggravant leur charge mentale sans compter l’explosion des violences domestiques pendant cette période.

Laurence Rossignol, initiatrice du collectif et Présidente de l’Assemblée des Femmes.

Ainsi, près de 600 personnes sont déjà inscrites à cette cinquième édition qui se déroulera dans un format digital compte tenu des restrictions sanitaires. Les intervenantes seront réunies à la Cité audacieuse et remettront, à l’issue de la journée, le plaidoyer à Elisabeth Moreno, Ministre déléguée auprès du Premier Ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’Egalité des chances.

Le programme

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.