Prototype d'emballages recyclables IKEA

IKEA souhaite supprimer tous ses packagings en plastique d’ici 2028

© Inter IKEA Systems B.V. 2021

Le géant suédois du mobilier souhaite supprimer tous ses emballages en plastique d’ici 2028 en optant pour une stratégie d’élimination graduelle du plastique à usage unique.

Un pari sur le long terme

L’annonce d'IKEA s’inscrit dans la volonté de l'entreprise de soutenir l'effort global de réduction de la pollution plastique et de développer des emballages à partir de matériaux renouvelables et recyclés. Actuellement, ses emballages contiennent moins de 10 % de plastique.

Le pari s’avère ambitieux. En effet, selon le géant suédois, l’entreprise dépenserait 1 milliard d’euros pour plus de 920,000 tonnes d’emballages plastiques tous les ans. À cet effet, la transition se fera progressivement : en commençant par la disparition du plastique sur tous les emballages des « nouvelles collections » d’ici 2025 puis sur la totalité des produits d’ici 2028.

Les emballages en plastique pourraient, cependant, subsister dans certaines gammes de produits IKEA. En effet, La société a déclaré qu'elle pourrait continuer à utiliser des emballages en plastique pour certains de ses produits alimentaires afin de garantir les normes de qualité et de sécurité alimentaire. Au-delà de 2028, ces derniers doivent être produits à partir de sources renouvelables et / ou recyclées.

Des solutions végétales

Afin de réduire la pollution plastique et développer des emballages à partir de matériaux renouvelables et recyclés, lKEA se penchera sur l'utilisation massive de papier. En 2018, la société avait étudié l'éventualité d'utiliser des emballages à base de champignons pour remplacer le polystyrène.

Or, comme IKEA fabrique des produits abordables en masse, l'entreprise a besoin de grands volumes de matières premières. Ainsi, fabriquer des emballages en matières végétales, comme le champignon, dans les dimensions requises par IKEA s'est avéré trop complexe pour une production à grande échelle.

IKEA s'est également penché sur l'utilisation de déchets issus de sa propre production, tels que les emballages de textiles cousus à partir de chutes de matériaux. Pour accompagner ces initiatives, la société a développé en 2019, un programme de location de meubles qui s'étend à 30 pays, dont les États-Unis, la Chine et l'Inde. Il s'agissait alors d'une étape nouvelle dans l'ambition de l'entreprise d'adopter un modèle circulaire d'ici 2030.

Combat contre un fléau environnemental

Selon l'Atlas du plastique 2020 publié par la Fondation Heinrich-Böll, Zero Waste France et Break Free From Plastic, l’industrie de l’emballage plastique exploiterait 39,5 % de la production de plastique dans le monde. Elle est suivie par le secteur du bâtiment et des travaux publics (18 %) puis par l'industrie du textile (15,5 %).

Alors que plus de 10 millions de tonnes de plastiques finiraient dans les océans tous les ans, l'Atlas du plastique 2020 rapporte par ailleurs que cinq « soupes de plastiques » recouvrent la Terre. Ces dernières, présentes dans chaque océan sont des immenses îlots de microplastiques flottant à la surface et encombrant les environnements aquatiques. Ainsi, le rapport déplore la présence d'environ 1 990 milliards d'unités de plastique dans le nord de la Mer du Pacifique.

En France, depuis le 1er janvier 2022, les emballages plastiques sont bannis autour des fruits et légumes mais aussi des magazines et journaux. Si le vrac ne plaît pas à tous les consommateurs, les grandes surfaces ont trouvé dans les boîtes en carton une alternative aux sachets polymériques.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire