FUROSHIKI

Pour les fêtes, UNIQLO perpétue une tradition japonaise en réintroduisant le Furoshiki

© Uniqlo

Pour un noël élégant et zéro-déchet UNIQLO propose des carrés Furoshiki inspirés des œuvres d'Ito Jakuchu.

Pour les fêtes, UNIQLO perpétue une tradition japonaise en réintroduisant le Furoshiki, une manière originale et durable pour emballer élégamment nos cadeaux de noël. Cette technique ancestrale consiste à utiliser du tissu ainsi que différentes méthodes de pliage et de nouage.

Le Furoshiki, un papier cadeau zéro-déchet

UNIQLO propose cette année en magasins et en ligne plusieurs carrés de furoshiki aux délicats imprimés inspirés de l’œuvre d’Ito Jakuchu, célèbre peintre d’estampes japonaises du XVIIIè siècle. Pour réaliser cette collection, UNIQLO a travaillé en partenariat avec Unsodo, un imprimeur basé à Kyoto et spécialisé dans la reproduction d’estampes sur bois depuis 1891.

Les motifs sélectionnés à partir de leurs archives embrassent la philosophie de l’artiste et mettent en avant le changement des saisons à travers des imprimés poétiques de fleurs et feuillages, thèmes chers à Jakuchu. Composé à 50% de tissu recyclé, le furoshiki est un objet aussi pratique que délicat et contribue à améliorer notre impact sur l’environnement au quotidien. UNIQLO proposera également des ateliers d’initiation aux différents pliages et nouages dans deux de ses magasins parisiens.

A propos d’Ito JAKUCHU Itō Jakuchū (1716-1800)

Figure singulière de la période Edo (1603-1867), Jakuchū est connu comme l’un des artistes excentriques ou indépendants de Kyōto, qui n’étaient liés à aucun mouvement artistique en particulier, mais qui créèrent un style tout à fait personnel. Il excelle dans le réalisme en incorporant un style décoratif à sa peinture Excentrique, solitaire, il n’était affilié à aucun mouvement spécifique et jouissait d’une totale liberté pour exprimer son art et créer son propre style. L’artiste vivait dans une grande maison à Kyoto et, chose rare, possédait de nombreux animaux qu’il élevait dans son jardin. Coqs, paons et autres perroquets étaient donc ses compagnons et surtout sa plus grande source d’inspiration. Précurseur il représentait les fleurs et animaux qu’il aimait observer pendant des heures avec un incroyable réalisme, comme s’ils étaient prêts à bouger. Les couleurs vives des plantes exotiques et les mouvements des oiseaux, poissons ou insectes peints fascinent encore aujourd'hui, si bien que le Petit Palais lui a consacré une exposition en 2018.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire