Edith Carron

« Culbute – Nos sexualités sous influence », un doc-série engagé et révélateur

© Edith Carron

Mêlant éclairages d’expert.e.s, animations humoristiques et nombreux extraits, la série documentaire Culbute – Nos sexualités sous influence met en lumière certaines représentations et propose une déconstruction des stéréotypes présents dans les œuvres culturelles.   

Déconstruire les tabous sur la sexualité

Dans cette série documentaire, Léo Favier et Edith Carron plongent dans l’océan de la culture populaire, qui « reflète toujours une époque et son idéologie » , pour décrypter une centaine de brefs extraits particulièrement révélateurs : la princesse Leia qui repousse fermement Han Solo avant de s’abandonner à ses baisers, le porté tout en puissance de Dirty Dancing, le pagne sexy de Sheva dans le jeu Resident Evil 5,les méchants stéréotypés queer de Disney (Scar dans Le roi lion ou Ursula dans La petite sirène)…

Films, séries, dessins animés, publicités, jeux vidéo, pornographie ou contes de fées… sans qu’on s'en rende compte, les images et récits influencent notre sexualité et notre vision de l'amour depuis l'enfance : ils construisent nos désirs, définissent des normes et inspirent nos pratiques au quotidien.

Nous grandissons et nous construisons avec ces fictions. Mais nous sommes tellement imprégnés de ces images que nous ne voyons plus les normes qu’elles charrient. C’est comme un éléphant invisible au milieu de la pièce.

Léo Favier, réalisateur et coauteur de Culbute – Nos sexualités sous influence.

Sensibiliser aux idées reçues sur la sexualité

Dix-huit experts aux tons et profils variés, issus des champs académique (la philosophe Camille Froidevaux-Metterie, le sociologue Éric Fassin…) et médiatico-culturel (les journalistes et auteures Iris Brey et Rokhaya Diallo, l’illustratrice Jüne Plã, créatrice du compte Instagram Jouissance club, le réalisateur transgenre Océan, la metteuse en scène et performeuse Rebecca Chaillon…), décryptent ces séquences parfois hautement problématiques, pour mettre au jour les rapports de domination qu’elles recèlent.

Le consentement, l’orgasme, l’érotisation du viol, la virilité ou l’exotisation des corps racisés étant « des sujets parfois compliqués à aborder » (Léo Favier), les auteurs ont misé sur les illustrations pleines de couleur et d’humour d’Édith Carron pour imprimer une touche ludique à la série.

C’était très important pour nous d’apporter une légèreté, une distance à travers ces animations attrayantes et rigolotes.

Edith Carron, réalisatrice et coauteur de Culbute – Nos sexualités sous influence.
EPISODE 1 - Orgasmes. Edith Carron

Avec notamment des extraits des séries Sex Education, Sense8 ou I May Destroy You, les sept épisodes de neuf minutes se terminent par ailleurs sur des exemples d’œuvres contemporaines qui proposent une alternative au regard souvent masculin, blanc et hétéronormé auquel nous sommes accoutumés.

Par un effet boomerang, les avancées sont aussi accompagnées de reculades. Mais il y a une vraie réflexion sur le sujet et les lignes bougent.

Edith Carron, réalisatrice et coauteur de Culbute – Nos sexualités sous influence.

À la fois rigoureuse, pétillante et engagée, la série invite au questionnement et à une déconstruction des stéréotypes, pour aller vers plus d’émancipation, d’inclusion et… de plaisir ! Elle sera disponible sur arte.tv/culbute et les chaînes sociales d'ARTE à partir du 14 février 2022.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.