Bouteille de whiskey écossais, verre et vieux baril

Celtic Renewables transforme les résidus de distillerie en carburant biosourcé

© karandaev

L’entreprise d’origine écossaise convertit les résidus de la production de whisky en produits chimiques biosourcés grâce à un processus de fermentation bactérienne.

Un processus innovant

Alors que le recyclage des résidus de distillation ne date pas d’hier, Celtic Renewables développe une alternative à l’essence de voiture, sans exploitation pétrolière. Dans une perspective d’économie circulaire, la startup commercialise une technologie propre brevetée en s’inspirant du processus de fermentation acétone-butanol-éthanol (ABE) pour produire un carburant. 

Particularité novatrice chez Celtic Renewables : au lieu d’utiliser des déchets organiques issus de récoltes alimentaires dans le processus de fermentation ABE, l’entreprise utilise les résidus de distilleries. Dans le cadre de son développement, la startup souhaite offrir une gamme de produits faits en matières vertes dérivées, du revêtement au lubrifiant synthétique en passant par des arômes alimentaires et des produits de beauté.

Du champ à la voiture

Chaque année, la production de whisky génère environ 750 000 tonnes de “pot ale” et 2 milliards de litres de “draff” ou vinasse, cette eau légèrement sucrée issue du brassage de l’orge. Le pot ale, un résidu aqueux au goût malté de céréales et de levure, est souvent revendu aux agriculteurs pour l’alimentation de leur bétail. 

Dans le cas de Celtic Renewables, le processus de recyclage développé par la startup utilise la fermentation bactérienne issue du “pot ale” et du “draff” pour produire le biocarburant au sein d'un réacteur de fermentation.

En octobre dernier, la startup finit le chantier du premier centre de bioraffinage en Écosse. Avec une capacité de recyclage de 50 000 tonnes de matériel biologique indésirable, l’usine prévoit de produire 1 million de litres de produits biochimiques durables par an.

Un recyclage local et solidaire

Cette alternative au carburant traditionnel permet de contourner le forage pétrolier utilisé dans la majorité des voitures diesel. En 2017, Celtic Renewables fait ainsi ses preuves en faisant rouler sa première voiture avec du biobutanol dérivé de la distillerie de Tullibardine en Perthshire au nord d’Édimbourg.

De l'autre côté de la chaîne de recyclage, la distillerie Glenfiddich a été saluée cette année pour sa production d’un biogaz à faible teneur en carbone à partir de la méthanisation du pot ale. Ce méthane, utilisé par les camions de l’entreprise pour transporter leurs produits, permet d’éviter l’émission d’environ 250 tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

En plus d'une production propre dans une perspective zéro déchet, ce système de recyclage offre une solution durable et économique au traitement de déchets, souvent coûteux et de la poche du producteur.

Le biocarburant : un impératif mondial

Alors que l’industrie du whisky représente une des industries les plus rentables d’Écosse, les résidus qui résultent de sa production s’imposent ainsi comme tout aussi important. Ces innovations de recyclage permettent non seulement d’économiser sur les ressources pétrolières mais aussi de jouer un rôle dans la transition écologique. En effet, la production de ce biocarburant ne présente aucune externalité sur l’environnement, contrairement à ceux faits à partir d’huile de palme par exemple.

Cette technologie permettra par ailleurs à Celtic Renewables de se positionner sur un marché de la biotechnologie en plein essor. Selon la société d’études multispécialiste MarketsandMarkets, alors qu’aujourd’hui le secteur de la technologie verte est estimé à 1.2 milliard de dollars, il offre des perspectives de marché qui se projettent à 1.5 millard d’ici 2026.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.