Le fonds de dotation de Harvard retire ses investissements en énergies fossiles

Le fonds de dotation de Harvard retire ses investissements des énergies fossiles

© Emily Karakis

Dans une lettre postée sur le site d’Harvard, le président de l’université Lawrence Bacow engage l’institution à ne plus investir ses fonds de dotation dans les énergies fossiles. Cette annonce survient après un appel d'investisseurs et d’étudiants activistes exhortant la plus vieille université du monde à se désinvestir de secteurs d’activités contribuant au changement climatique.

Une bataille de longue haleine pour l'activisme vert étudiant

Dans l’urgence de la transition écologique, cet arrêt d’allocation de capitaux représente une victoire pour les activistes écologiques. Elle accompagne une myriade de changements au sein de la prestigieuse université qui a réduit, en 2016, sa consommation énergétique de 10 %. La même année, Harvard lançait son fonds d'investissement Campus Sustainability Innovation Fund avec un objectif clair : investir dans l'innovation du développement durable. S'en est suivie la création du Climate Change Solutions Living Lab course, un projet de recherche au sein du programme éducatif de son campus de droit et politique de l'environnement.

En 2018, l’université s’était déjà engagée à présenter, à court terme, une neutralité carbone d’ici 2026 et à long terme, un programme « zéro énergie fossile » d’ici 2050.

L’activisme étudiant à Harvard a su évoluer au fil des siècles et alors que l’appel au désengagement n’est pas cause nouvelle, c’est la tactique favorite des élèves de cette Ivy League. Depuis une décennie, différents comités étudiants tels que Fossil Fuel Divest Harvard, ont su faire entendre leur voix sous forme de pétitions et manifestations. En 2019, 500 activistes environnementaux d’Harvard et de l’université de Yale ont inondés de pancartes le Yale Bowl Field et interrompus le match annuel Harvard-Yale. En 2020, un groupe de militants écologiques a gagné trois sièges lors d’une élection pour le Board des Overseers de l’université d’Harvard.

Le fonds de dotation le plus important au monde

Un fonds de dotation est un système de mécénat qui aide les organismes à but non lucratif à accomplir des missions d’intérêt général en leur accordant des financements. Avec un fonds de dotation académique s’élevant à plus de 41 milliards de dollars en juin 2020, celui de l’université d’Harvard est le plus important au monde. Selon la Harvard Management Company, l’organisation qui s’occupe de ces fonds, la dotation de l’université est composée de plus de 14 000 fonds individuels – les deux plus importants permettant de payer les bourses des étudiants les plus démunis.

Aujourd’hui, selon Fossil Free, un mouvement international luttant contre l’usage des énergies fossiles, c’est 1336 institutions à travers le monde qui ont suivi l’exemple d’Harvard et qui se sont désengagés d’activités économiques polluantes. Parmi elles, on compte 15 % d'établissements d’enseignement et 13 % d'institutions gouvernementales variées.

L'agenda vert d'Harvard

Alors que le dérèglement climatique n’a pas d’agenda, l’université, elle, se prépare à la transition écologique à travers différentes initiatives. En 2015, avec la création du Harvard Global Institute, l’université investi 7.7 millions de dollars dans dix projets de recherche environnementale et transition écologique. Par ailleurs, en partenariat avec The Engine, un fonds d‘investissement « made in MIT » , l’université aspire à accélérer le développement de technologies réduisant l’empreinte écologique mondiale.

Loin d’être pionnière en la matière, Harvard suit les pas d'universités comme celles de Californie et Cambridge en Angleterre qui se sont déjà engagées à « décarboniser » l’économie à travers des investissements à long terme dans la recherche et l’éducation.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.