Un bateau à côté des îles Faroé

Le « dragon de mer », la turbine suédoise motorisée à l’énergie marémotrice

© CanY71

La société d'ingénierie suédoise Minesto fabrique des turbines en forme d’avion produisant de l'électricité à partir d’énergie marémotrice. 

Un avion-turbine 

La technologie a été mise au point par l’entreprise suédoise Minesto, fondée en 2007. Connues sous le nom de « dragon de mer » ou de « cerfs-volants marémoteurs », ces turbines de haute technologie s'apparentent à des avions et produisent de l'électricité à partir d’énergie marémotrice.

Pour fonctionner, les cerfs-volants, d'une envergure de cinq mètres, se déplacent sous l'eau, attachés à des bateaux de pêche par des câbles métalliques de 40 mètres. L'électricité est générée par le mouvement du courant montant, à l’image d'un dispositif d’énergie cinétique des éoliennes terrestres. La trajectoire des ailes du cerf-volant permet de balayer une grande surface à une vitesse amplifiant celle du courant sous-marin, ainsi créant l'énergie. 

Minesto souhaite produire, dès l’année prochaine, une nouvelle gamme de cerfs-volants avec une envergure de 12 mètres. Ces derniers pourront produire chacun 1,2 mégawatt d'électricité.

Alimenter une île 

C’est à travers deux cerfs-volants installés dans les îles Féroé que Minesto exploite ces cerfs-volants à titre expérimental. Ces derniers ont ainsi fourni de l'énergie à la société d'électricité SEV et au réseau national des îles de l’archipel danois. Au cours de l'année dernière, chaque cerf-volant a pu produire suffisamment d'électricité pour alimenter entre 50 et 70 foyers.

L'électricité est envoyée via les câbles d'attache à d'autres câbles situés sur le fond marin, puis à une station de contrôle située près de la ville côtière de Vestmanna, à l'ouest de l'île principale. La nouvelle gamme de cerfs-volants de 12 mètres permettra d’alimenter la moitié des foyers des îles Féroé.

S’affranchir de la dépendance pétrolière

Les cerfs-volants sous-marins s’inscrivent dans l’objectif des îles Féroé d’atteindre une consommation énergétique nette zéro d'ici 2030. L'énergie hydroélectrique couvre actuellement environ 40 % des besoins énergétiques des îles, l'énergie éolienne environ 12 % et les combustibles fossiles – sous la forme de diesel importé par voie maritime – représentent encore près de la moitié.

Alors que les infrastructures énergétiques sont onéreuses, le mouvement quasi perpétuel des marées représente un moyen écologique et économique de s’affranchir des ressources fossiles.

Minesto teste également ses cerfs-volants en Irlande du Nord et au Pays de Galles, où elle prévoit d'installer une ferme au large des côtes d'Anglesey, ainsi que des projets à Taïwan et en Floride.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.