deux hommes

Une assurance climat basée sur la blockchain pour venir en aide aux plus vulnérables

© Gugulethu Ndlalani

Basée sur la blockchain Avalanche, l'insurtech Lemonade veut offrir une assurance climat instantanée et abordable aux agriculteurs les plus vulnérables.

Si la blockchain est, pour beaucoup, un nouvel outil marketing, un joujou tech ou encore une opportunité sur le marché numérique, Lemonade en a trouvé une tout autre utilité. Avec le lancement de la Lemonade Crypto Climate Coalition, en partenariat avec d'autres acteurs du monde crypto, la startup souhaite mettre en place une couverture financière décentralisée et instantanée adaptée aux changements climatiques.

Celle-ci, destinée aux personnes les plus vulnérables économiquement, est conçue comme une application décentralisée sur Avalanche, une blockchain aux attributs écologiques. Explications.

Un enjeu grandissant

Il est de notoriété publique que les pays émergents sont les premières victimes du changement climatique. Pour cause, une grande partie des revenus de leur population dépend de secteurs d’activité soumis aux intempéries, tels que l'agriculture et la pêche. Selon un rapport de l’ISF publié en novembre 2021, les pertes économiques causées par des conditions météorologiques et climatiques extrêmes ont été multipliées par sept entre les années 1970 et 2010. De son côté, l’OMS rapporte que les changements climatiques sont responsables d'au moins 150 000 décès par an, chiffre qui devrait doubler d'ici 2030.

Face à cela, l'assurance climat serait un levier contre la vulnérabilité des petits exploitants. Le rapport de l’ISF suggère qu'une augmentation de 1 % de la mise en place d’une assurance climat réduirait de 22 % le fardeau de la reprise d’activité post-sinistre dans les pays en développement. Pourtant aujourd’hui, d’après Lemonade, seulement 3 % de la population agricole peut se permettre une assurance climat.
Au-delà de la hausse des risques liés au réchauffement climatique, pour le cabinet de conseil Wavestone, le manque de représentation des marchés émergents dans le secteur de l'assurance – leur part de cotisations combinées ne s’élevant qu’à 18 % de la proportion mondiale – représente une jolie opportunité.

Des paiements simplifiés

Ainsi, face aux coûts des assurances, la Lemonade Crypto Climate Coalition apporte une solution concrète : un fonds permettant aux agriculteurs de se protéger contre les pertes subies lors de dégâts climatiques de manière automatique et abordable. L’avantage de ce système réside dans la malléabilité du contrat, qui est décidé au préalable avec les utilisateurs. En effet, émis sur un système de paiement sur condition, l’agriculteur lambda peut recevoir son paiement automatique en fonction de conditions déterminées dans son contrat avec Lemonade

Alors concrètement, comment ça marche ? Prenons l’exemple d’un ramasseur de noix au Brésil. Face aux dangers de fortes pluies dans la région, le contrat entre ce dernier et la coalition est conçu de sorte que si les inondations dans la région dépasse un certain seuil, le ramasseur recevra la valeur de ses récoltes perdues.

Une coalition intersectorielle

S'il est prévu que l’initiative soit déployée dans le courant de l’année 2022 en Afrique, Lemonade s'associe à Pula, une entreprise kenyane de solutions de microfinancements aux agriculteurs, pour faire connaître le système et convaincre les ménages.

Au cœur de la fondation de la Coalition se trouve plusieurs sociétés de blockchain, dont Chainlink, Avalanche, ou DAOstack ; mais aussi des sociétés d’assurance décentralisée telles qu’Etherisc ou non décentralisée comme Hannover Re ou encore la plateforme de prévisions météorologiques Tomorrow.io.

Ces partenaires vont permettre à Lemonade de se concentrer sur trois aspects essentiels de l’activité : la quantification en temps réel et avec précision des risques météorologiques dans les zones à faible infrastructure ; l’automatisation d’évaluation des sinistres ; l’expertise dans le secteur assurantiel. 

Ainsi, Tomorrow.io se charge de générer des informations météorologiques exploitables à l'aide de données envoyées par satellites. Les informations collectées sont ensuite traduites sous forme de modèles par Hannover Re qui sont programmés dans les contrats intelligents de la blockchain par Avalanche ou Chainlink. Le niveau d'indemnisations est défini en fonction du lieu, de la nature et de la taille des cultures à risque mais aussi de leurs propriétés topographiques.

Quid de l'environnement ?

Si l’action fait preuve de bonne volonté, l’utilisation d’une blockchain implique de grandes sources d’énergie. Pour preuve, cette étude rapporte qu’en 2020, les transactions en Bitcoin auraient généré 30 700 tonnes de déchets électroniques.

Consciente de l'impact écologique de nombreuses blockchains traditionnelles, la coalition choisit la blockchain Avalanche qui est conçue pour être peu coûteuse et respectueuse de l'environnement.

La principale différence entre Avalanche et de nombreux autres réseaux de cryptomonnaies comme Bitcoin ou Ethereum est son utilisation de la « preuve d'enjeu » au lieu de la « preuve de travail » – un processus permettant de valider les transactions crypto. En substance, cette « preuve de travail » nécessite un calcul mathématique gourmand en énergie. Un calcul essentiel puisqu’il limite les risques de minage et permet l'étanchéité du réseau. 

Comble du cercle vicieux : l'impact écologique de la blockchain est en partie responsable du besoin d'assurance climat des plus vulnérables sur le globe... À méditer.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.