Jeunes consultant leur smartphone

Back Market, ecoATM et Carrefour déploient des bornes de reprise de smartphones en magasin

© pixelfit - Getty

Dans le cadre d’un partenariat inédit, Back Market et Carrefour s’allient avec l’expert technologique de reprise automatique de smartphones ecoATM pour proposer aux consommateurs un service d’estimation et de rachat de téléphones portables en magasin.

Plus de 50 bornes sont déjà opérationnelles dans certains hypermarchés et supermarchés Carrefour, et 135 sont attendues d’ici la fin de l’année.

Carrefour, Back Market et ecoATM : une alliance placée sous le signe de l’économie circulaire

Ce partenariat permet de sensibiliser les Français à l’économie circulaire en les incitant à revendre leurs anciens smartphones. Des bornes de rachat sont ainsi disposées directement au sein des magasins Carrefour. Déjà disponible dans plus de 50 magasins, le dispositif s’étendra ensuite à l’ensemble du territoire avec l’installation de 135 bornes d’ici la fin de l’année 2021, et en comptera 250 dès le début de 2022. Les clients pourront ainsi faire estimer et vendre leurs anciens smartphones directement sur ces bornes, en échange d’un paiement immédiat en carte cadeaux Carrefour. Il s’agit du premier partenariat de ce type avec un distributeur.

Celui-ci contribuera à démocratiser l’utilisation d’appareils reconditionnés, tout en alimentant la chaîne de production. Un moyen pour Back Market d’émerger physiquement dans le quotidien des Français, pour Carrefour de renforcer son engagement en faveur de l’économie circulaire et pour ecoATM, de montrer une fois de plus son expertise technologique et durable.

Revendre ses appareils : un geste essentiel dans la lutte contre le gâchis électrique et électronique

  • 4%. C’est le nombre des émissions mondiales causées par le numérique, dont la moitié est liée à la production d’appareils neufs.
  • 57,4 millions de tonnes. C’est le  record que devrait atteindre la production de déchets d’équipements électriques et électroniques en 2021.

Pourtant, aujourd’hui sur la partie mobile, il est estimé que 100 millions de téléphones inutilisés sont stockés dans les tiroirs des Français et que seulement 15% des téléphones portables mis sur le marché sont collectés. Ce travail de pédagogie est donc urgent et primordial afin de réduire l’impact environnemental de la tech en favorisant l’économie circulaire.

Sur ce sujet, les trois acteurs n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Back Market a été pionnier en la matière en lançant en 2016 son service de reprise en ligne d'appareils hi-tech. En 2020, Carrefour s’est engagé en faveur de l’économie circulaire en lançant les corners Carrefour Occasion, un service en partenariat avec Cash Converter. Quant à ecoATM, c’est avec plus de 13 années d’expertise dans la reprise que l’entreprise s’est forgée une forte réputation.

L’objectif à long terme est d’étendre cette initiative dans d’autres pays où Carrefour et Back Market sont présents.

Comment ça marche ?

Les consommateurs peuvent directement faire estimer et vendre les smartphones dont ils ne se servent plus en seulement quelques minutes via ces bornes placées dans les magasins Carrefour. En connectant leur smartphone à la borne, celle-ci reconnaît le modèle, réalise une estimation de sa valeur via une grille de prix qu’ecoATM a fixée et propose la reprise au client au prix le plus juste. En échange, le client reçoit alors un paiement immédiat en carte cadeaux Carrefour. Celles-ci sont, valables sur tous les produits, y compris l’alimentaire, et peuvent être utilisées dans tous les magasins Carrefour.

Une fois collectés en magasin, les smartphones seront ensuite reconditionnés par ecoATM et revendus sur Back Market. Pour les téléphones qui ne pourraient être revendus, ecoATM propose une solution de recyclage de l'appareil.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.