Femmes autour d'une table dans une boulangerie

« Un vrai film de boobs » , un film de prévention du cancer du sein

© Film de Boobs - Gleeden et Cerhom

Selon l'IFOP, 60 % des Francaises ne savent pas s'autopalpler. Face à ce constat, Gleeden et Cerhom lancent « un vrai film de boobs » pour sensibiliser à la prévention du cancer du sein.

Antoine de Bujadoux, réalisateur primé des « Un vrai film de boules »   1 et 2, frappe encore en ce mois d’octobre rose 2021, avec un film cette fois-ci porté sur la prévention du cancer du sein par l’autopalpation. Une étude exclusive IFOP/Gleeden dévoile en effet que les Françaises restent largement mal informées. Et ce, notamment chez les jeunes et les catégories populaires. En association avec CERHOM et sponsorisé par Gleeden, « Un vrai film de boobs » désacralise l’autopalpation pour sensibiliser à toutes les formes de dépistage.

Porté par Malika Ménard, Eléonore Sarrazin et Marie-Christine Adam, « Un vrai film de boobs » se déroule dans une boulangerie, joue sur un vocabulaire à double sens, et explique les gestes de l’autopalpation dans un décor pop et chaleureux. C’est avec un ton décalé, en utilisant la métaphore des meringues et des petits choux, que Gleeden et CERHOM espèrent réussir à sensibiliser largement au cancer le plus fréquent chez les femmes. L’objectif est de désacraliser l’autopalpation pour l’ancrer naturellement dans les habitudes des Françaises. En effet, dépisté tôt, le cancer du sein a un taux de guérison de 87%*. Pour compléter le message de l’autopalpation, le film incite les téléspectateurs à consulter leurs médecins traitants afin de les accompagner le plus justement possible.

Importance des campagnes de sensibilisation

Gleeden, le site des rencontres extraconjugales, et CERHOM, association de lutte contre les cancers masculins, se sont associés pour apporter leur pierre à l’édifice des campagnes de sensibilisation et d’éducation au dépistage du cancer du sein. En effet, un sondage IFOP/Gleeden révèle que 13% des femmes n’ont jamais entendu parler de l’autopalpation, et 47% ne savent pas comment s’y prendre.

Réalisée auprès de 1 017 femmes (issues d’un échantillon de 2 008 personnes) âgées de 18 ans et plus, l’étude IFOP/Gleeden révèle que le dépistage a nettement progressé chez les Françaises (22%) depuis 1994, mais la fréquence d’autopalpation, en revanche, évolue très peu. En effet, au total, 60% des Françaises ne sont pas renseignées sur le sujet ou ne savent pas comment faire. Cette campagne s’inscrit donc dans une logique de sensibilisation mais aussi d’alerte. 44% des femmes ne se sont jamais fait dépister du cancer du sein 33% des femmes ne se palpent jamais les seins alors que 40% d’entre elles jugent ce geste très utile.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.