Businesswomen

« Responsables du futur du travail » , le nouveau job en vogue à l’ère du télétravail

© Pixelfit

Après le Chief Happiness Officer, un nouveau type de métier se met en place : le Chief of the Future of Work, un « responsable du futur du travail » qui répond aux enjeux d'un travail hybride et décentralisé.   

Alors que la crise sanitaire a changé nos modes de vie et de travail, les entreprises ont dû s’adapter au travail décentralisé. Dans un contexte où le télétravail s’impose dans la vie des entreprises, ces dernières constatent le besoin de créer des rôles spécifiquement axés sur ce mode de travail, analyse Forbes. Les titres de responsable du télétravail, manager du travail hybride, ou encore responsable du flex office accompagnent ainsi les changements et impératifs sur lesquels les professionnels doivent se pencher pour répondre aux mutations d'un travail qui oscille désormais entre présentiel et télétravail.

Dans les faits, ces postes répondent aux besoins des équipes RH des entreprises de communiquer en interne les mesures liées à la lutte contre le Covid-19, d'organiser les jours de retour au travail, d'accompagner les managers qui ont dans leur équipe un collaborateur souhaitant déménager – et donc travailler ailleurs. Il s'agit aussi de s'adapter à la digitalisation de la fonction et surtout de rendre plus fluides les processus de recrutement à distance. Et pour cause, une analyse du site LinkedIn rapporte une hausse de 83 % depuis 2019 d’offres d’emploi mentionnant le terme « flexibilité » . 

De concert avec la flexibilité, aujourd'hui, un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée serait une des premières priorités des travailleurs. Par ailleurs, la culture d'entreprise est un aspect de la vie professionnelle qui est en train de redéfinir la relation entre employeurs et employés. En effet, toujours selon le rapport de LinkedIn, « culture d’entreprise »  et « bien-être » seraient des mots-clés pour les chercheurs d’emplois. À noter : on observe une hausse de 13 % d'offres d’emploi liées à ces termes.

De même que coordonner la flexibilité au travail, les responsables du futur du travail (RFT) ont pour rôle de veiller au bien-être des employés. Et c'est là qu'on note la parenté avec le Chief Happiness Officer.

Concrètement, comment ça se passe ?  

Dans l'ensemble du monde de l'entreprise, les pratiques continuent d'évoluer et de nouvelles approches de la collaboration continuent de faire surface. Alors que le travail collaboratif est mis à mal par la distance, le rôle du RFT tend à améliorer notre façon de travailler dans le cadre d'un arrangement hybride.

De la création d'une orientation stratégique à l'efficacité de la communication interne, ce titre comprend un large éventail de responsabilités. Une recherche rapide sur LinkedIn nous apprend que le candidat idéal pourrait être amené, par exemple, à :

  • Favoriser la cohésion de toutes les équipes à l'aide d'outils technologiques ;
  • Être à jour des dernières pratiques et outils du monde du travail hybride ;
  • Coordonner l'expérimentation et le déploiement de nouveaux outils, processus et normes en termes de collaboration et de communication pour l'ensemble de l'entreprise ;
  • Concevoir un environnement de travail qui permette l'équilibre entre la productivité individuelle et collective, la continuité des liens interpersonnels et le télétravail ;
  • Concevoir des mesures pour évaluer les initiatives de travail dynamiques et hybrides.

Après le RFT, le Chief Diversity Officer pour plus d'inclusion

En France, selon un rapport du cabinet d’études et de conseil ELABE, 63 % des Français interrogés estiment que la diversité sociale, culturelle et ethnique est présente dans le monde du travail. Ainsi, alors que 61 % d’entre eux pointent du doigt « le poids des préjugés vis-à-vis d’autres groupes sociaux, culturels et ethniques » comme blocage, 35 %  le citent comme principal blocage. Enfin, seulement 11 % des interrogés jugent qu’il n’y a pas de blocage qui freine la diversité sociale, culturelle et ethnique dans le monde du travail.

La nécessité – et l'intérêt – d’inclure davantage de diversité dans l'entreprise est confirmée par un sondage mené par Deloitte dans lequel près de 80 % des DRH et dirigeants interrogés s'accordent à dire que l'inclusion et la diversité apportent des avantages compétitifs.

Ces dernières années, les « responsables de la diversité en entreprise » se sont multipliés afin d’aider les entreprises à naviguer vers une plus grande équité et une meilleure inclusion. Qui sait ? Les RFT pourraient marcher main dans la main avec les Chief Diversity Officers pour refonder durablement et en conscience nos modes de travail.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.