Volocopter

Nodes & Links, Volocopter, Enerdrape… Ces boîtes qui se font leur place sur le marché de la Climate Tech

© Volocopter

Alors que la transition écologique fait son chemin dans les stratégies d'entreprises, de nouveaux investisseurs entrent sur le marché de la Climate Tech et font fleurir de nouvelles startups chaque année. Zoom sur trois d'entre elles.

Vous avez des rêves de startup tech et responsable? C’est le moment de créer puisque depuis la signature des Accords de Paris, les investissements en Climate Tech ont connu une croissance exponentielle. Pour preuve, en 2021, les investissements dans le secteur atteignent un total de 32,3 milliards de dollars d'après une étude publiée par London & Partners et Dealroom. La France n’est pas laissée de côté et aurait d’ailleurs investi dans le domaine à hauteur de 3,7 milliards de dollars depuis 2016

De concert avec les nouvelles réglementations européennes en matière de développement durable, les marchés privés tournent leur attention en direction de la RSE et stimulent la croissance de nombreuses entreprises et startups. En voici trois exemples.

BTP : Nodes and Links en lutte contre le gaspillage

Dans le secteur du BTP, la deadline est reine. Pourtant, selon une étude menée par l'université d'Oxford, seuls 8 % des projets d'infrastructure sont réalisés dans les délais et les budgets impartis. Un rapport de McKinsey estime qu’environ 3,8 milliards d'euros devront être investis dans l’infrastructure chaque année jusqu'en 2030 afin d’atteindre les objectifs de développement durable des Nations unies. 

C'est là que Nodes and Links entre en jeu. En réponse aux défis de délai et de RSE du BTP, cette startup londonienne souhaite s'imposer dans le transport de matières et matériels pour l’industrie du bâtiment dans le respect d'un budget imparti et d'une charte écoresponsable. Pour cela, Nodes and Links travaille aux côtés de gestionnaires de projets et s’appuie sur une technologie de données prévoyant les externalités négatives des processus de construction.

Concrètement, dès les premières phases de la conception, Nodes and Links élargit sa main-d'œuvre à des IA qui s'attellent à réduire les délais de construction et le gaspillage d'énergie et de matériaux. Alors que l'automatisation du secteur manufacturier est controversé au niveau social, depuis son lancement en 2018, l'entreprise s'emploie à une vision durable et écoresponsable du secteur du bâtiment. Pour cause, selon le ministère de la Transition écologique, l'industrie du bâtiment serait à l'origine d'environ 19 % de la production de déchets du BTP, soit 46 millions de tonnes par an.

Transports : Le taxi volant de chez Volocopter

Volocopter n’est pas, comme vous pourriez le penser, une espèce de coléoptère mais bien une marque d’aéronef électrique. Au menu, maxi drone et taxi volant. La startup allemande laisse entrevoir des perspectives de transports à la Futurama. Un futur pas si loin puisque mardi dernier, sur le tarmac de l'aérodrome de Cormeilles-en-Vexin, voilà un décollage inédit : celui du VoloConnect, le premier prototype de taxi à propulsion électrique de Volocopter. Alors que l'engin permet le transport d’individus sur de courtes distances, cette technologie de levage et de poussée verticale souhaite s’inscrire dans une démocratisation des services de mobilité hybride.

Au-delà des transports humains, Volocopter se met au service du marché B2B avec son produit phare, le Volodrone. Le drone télécommandé peut soulever une charge allant jusqu'à 200 kilogrammes avec une portée de 40 kilomètres, le rendant idéal pour des livraisons en urgence ou encore le dépôt de matériaux lourds. La startup s’est ainsi trouvé une belle place sur le marché puisque selon un rapport de PwC, la micromobilité est le deuxième levier le plus investi dans le domaine des mobilités et des transports, avec 9,1 milliards de dollars levés entre 2013 et 2019.

Énergie : Les panneaux géothermiques cachés d’Enerdrape

Pour cet exemple, direction la Suisse. Dans le pays, plus de 78 % des solutions de chauffage sont assurées par des chaudières fonctionnant au mazout, au gaz ou au bois. Une nouvelle technologie développée par la startup vaudoise Enerdrape cible précisément ce problème écologique. Pour avoir une idée de leur activité, il faut se trouver un parking souterrain. Ici, loin du soleil et des intempéries, des panneaux muraux géothermiques récupèrent la chaleur des parkings et l'utilisent pour chauffer les habitations à la surface.  

Cette technologie vise à exploiter une ressource naturelle et durable dans des endroits où elle est souvent gaspillée. Et pour cela, ne cherchez pas plus loin que des panneaux de 1,3 mètre sur 0,7 mètre, fabriqués à partir d'un métal pas plus épais qu'une toile de peinture. Ainsi, derrière l’atmosphère glauque des parkings souterrains, Enerdrape dévoile des potentiels d’approvisionnement durable encore irrévélés.

Alors que la géothermie assure, en France, moins de 4 % de la production de chaleur et 5 % de la production d’électricité, Enerdrape a su saisir l'opportunité du marché des pompes à chaleur. En effet, en plein essor, la valeur de ce secteur aurait augmenté de 13 % en 2021 selon ce dossier de Clim'Info, l'association professionnelle du chauffage et de la climatisation thermodynamique.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.